COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU 14 FEVRIER 2019

Conakry, le 14 Février 2019  Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des Ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi 14 février 2019 de 12h à 13h30 mn, avec l’ordre du jour suivant :

 

Message de Son Excellence Monsieur le Président de la République ;
Compte rendu des sessions ordinaires du Conseil Interministériel tenues le 29 janvier et les 05 et 12 février 2019;
Questions diverses

Au titre du premier point de l’ordre du jour ;

Monsieur le Président de la République a demandé au Gouvernement d’approfondir la réflexion autour de l’application d’une disposition constitutionnelle (article 145) appelant l’Etat à garantir un service civique ou militaire aux citoyens guinéens âgés de dix-huit à trente ans. Il a rappelé que ce service permettra d’inculquer à tous les étudiants, la culture du civisme, de la citoyenneté et de la Solidarité en vue de répondre à un besoin d’amélioration substantielle du comportement des populations en général et des étudiants en particulier.

Le Chef de l’Etat a donné des instructions fermes interdisant formellement l’utilisation de militaires pour assurer la sécurité personnelle (garde-corps) de citoyens privés. En dehors de cas exceptionnels reconnus par l’Autorité, tout contrevenant ainsi que les supérieurs hiérarchiques ayant autorisé ou toléré cette pratique seront sévèrement sanctionnés

Le Président de la République a rappelé les directives relatives à l’utilisation des sirènes par les véhicules de l’Etat. Seuls les véhicules dument autorisés par la réglementation en vigueur sont habilités à user d’avertisseurs sonores spéciaux dans le cadre de mission officielle

Le Chef de l’Etat a exigé l’application dans les meilleurs délais des nouvelles procédures de passation des marchés publics ramenant au niveau des autorités contractantes, en particulier aux départements sectoriels, la mise en œuvre des opérations de lancement et de dépouillement des appels d’offres publics. Il a cependant insisté sur la nécessité d’en définir les formes et modalités de manière à garantir la transparence et la régularité des procédures

Le Président de la République a invité les services et départements ministériels concernés à organiser un vrai débat national autour des problèmes liés au Pèlerinage à la Mecque, de manière à circonscrire les difficultés auxquels sont confrontés de façon récurrente les pèlerins guinéens. Une commission regroupant les secteurs publics et privés a été constituée dans le but de préparer cette large concertation en vue de mettre un terme aux dysfonctionnements qui affectent l’organisation du pèlerinage aux lieux saints de l’Islam

Le Chef de l’Etat a instruit les ministères en charge du Transport et des Travaux Publics de veiller à l’application stricte des normes de la CEDEAO relatives à la charge à l’essieu des véhicules poids lourd afin de préserver l’état des routes et réduire les risques d’accident de circulation liés à la surcharge.

AU TITRE DU DEUXIEME POINT DE L’ORDRE DU JOUR,

Monsieur le Premier Ministre a présenté le compte rendu des Compte rendu des sessions ordinaires du Conseil Interministériel tenues le 29 janvier et les 05 et 12 février 2019;

Le Conseil a entendu successivement

Le Ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine Historique qui a soumis pour examen le projet de Décret portant création du Comité National d’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations de football senior 2025.

Il a rappelé que la Confédération Africaine de Football (CAF), lors de son Assemblée Générale, tenue au mois de mars 2014 à Addis Abéba, a attribué à la République de Guinée l’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations de 2023 (CAN 2023).

Le Ministre a informé que suite à la visite officielle conjointe en Guinée du Président de la Fédération Internationale de Football Amateur (FIFA) et du Président de la Fédération Africaine de Football (CAF), et en commun accord avec Son Excellence Monsieur le Président de la République de Guinée, ils ont annoncé le principe de glissement de l’organisation de la CAN en République de Guinée de 2023 à 2025.

Ce glissement de calendrier dans l’organisation de la CAN de football senior implique de nouvelles mesures pour l’adapter aux dernières dispositions de la CAF. Il s’agit de :

définir clairement le rôle dévolu à l’Etat dans la réalisation des infrastructures sportives et l’organisation de tels évènements ;
définir la tutelle technique du Comité de pilotage du COCAN 2025 ;
créer une ligne, dans la nomenclature du budget national, réservée à l’organisation de la CAN de 2025 ;
adapter les textes constitutifs de l’organisation de la CAN conformément à la nouvelle édition et au nouveau cahier de charges.

C’est dans ce cadre que ce projet est proposé pour remplacer le Comité de Pilotage du COCAN 2023.

Au terme des débats, le Conseil a soutenu que la Guinée aura les moyens de sa politique en raison des prévisions prometteuses de croissance de notre économie nationale et adopté le projet de Décret

Le Ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire a soumis pour examen le projet de Décret portant création, organisation et fonctionnement de l’Agence Guinéenne pour le Financement du Logement (AGUIFIL).

Il a informé que l’un des objectifs de ce projet de décret est de promouvoir le financement pour l’acquisition par les populations guinéennes du logement en général et du logement social en particulier et de contribuer à la mise en œuvre de la stratégie de développement du secteur de l’habitat en Guinée, en liaison avec les administrations et les organismes publics et privés concernés.

Le Ministre a soutenu que cette décision procède du fait que la Guinée a enregistré des déficits importants en logement de toutes catégories. Les retards accumulés tournent autour de 500 000 unités. A ces importants déficits, s’ajoutent les besoins courants estimés à 47 200 logements par an.

Le Ministre a indiqué que le diagnostic du secteur de l’habitat a ressorti la problématique du financement, les contraintes liées au dispositif prudentiel de la BCRG et de la situation macroéconomique du pays

Il a justifié que face à cette situation, le Gouvernement a entrepris des réformes institutionnelles prenant en compte les aspects fiscaux, fonciers, juridiques et financiers afin de faciliter l’accès au crédit.

Le Ministre a déclaré que la prochaine étape pour la mise en œuvre du programme consistera à créer par décret, les structures de facilitation et de gestion des risques tel le Fonds de Garantie Hypothécaire de Guinée (FGHG).

Au terme des débats, le Conseil a adopté le projet de décret

Le Ministre de l’Economie et des Finances, a soumis pour examen le projet de Décret portant régime juridique des comptables publics.

Il a indiqué qu’à date, le régime juridique des comptables publics n’a pas encore fait l’objet d’une initiative gouvernementale en matière règlementaire en dépit des lourdes responsabilités qui pèsent sur l’exercice de la fonction de comptable public.

Le Ministre a justifié que l’article 81 de la LORF stipule, en effet, que « les comptables publics sont responsables sur leur patrimoine personnel de la gestion des fonds et valeurs dont ils ont la garde. Chaque année, ils rendent compte à la Cour des Comptes de la bonne tenue de leurs écritures et de la bonne conservation des fonds et valeurs.

Dans l’hypothèse où cette reddition de leurs comptes fait apparaître des irrégularités ou des insuffisances de fond, la Cour des Comptes, après avoir entendu le comptable intéressé, prend un arrêt de débit qui fixe, en tenant compte de l’importance du préjudice subi par la collectivité, le montant que le comptable devra payer à l’Etat ou l’organisme public concerné ».

Au terme des débats, le Conseil a décidé de l’adoption du projet de décret

Le Ministère des Mines et de Géologie a fait une communication relative à la réforme du système de délivrance des permis et autorisation des projets miniers intégrés.

Il a rappelé que le Comité Interministériel de Suivi des Projets Miniers Intégrés (CISPMI) a été créé par Décret D/2015/007/PRG/SGG, du 14 janvier 2015, en vue de corriger les insuffisances notées au niveau des services techniques de l’Administration publique impliqués dans le processus de délivrance des permis et autorisations nécessaires au développement des grands projets miniers intégrés.

Le Ministre a indiqué que la mission essentielle du CISPMI est de veiller au respect des obligations relatives à la mise en œuvre des conventions et accords miniers, de suivre et coordonner le développement des projets miniers et de mettre en place un mécanisme de délivrance simplifié et diligent des permis et autorisations.

Le Ministre a soutenu que les réformes proposées amélioreront considérablement les procédures de délivrance des permis et autorisations non minières pour les projets miniers intégrés en particulier, et l’environnement des affaires dans notre pays en général.

Au terme des débats, le Conseil a apporté son soutien au Ministre et décidé de l’adoption des conclusions de l’atelier. Le Conseil a également demandé au Ministre de poursuivre les travaux deréforme du système de délivrance des permis et autorisations des projets miniers intégrés.

AU TITRE DES QUESTIONS DIVERSES

Le Ministre d’Etat en charge de la Justice a informé le conseil de la fin du Procès des assassins de Madame Boiro et Paul Temple Cole qui met ainsi un terme à l’impunité dans cette affaire, les prévenus ont été condamnés à perpétuité avec une peine de sureté.

Il a également informé de la condamnation d’un militaire coupable du meurtre d’un manifestant ainsi que celle d’un policier reconnu coupable de sévices corporels.

Le conseil s’est félicité de ces avancées qui marquent un tournant important de l’activité judiciaire nationale du point de vue de l’impartialité et de la crédibilité de l’institution judiciaire.

Le Conseil des Ministres

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

Visite de courtoise du nouveau Bureau de l’Association des Guinéens de Washington

Le nouveau Bureau de la Communuaté guinéenne de Washington (AGDMV) a été reçu en audience, le jeudi 7 février 2019, par l’ambassadeur de Guinée aux Etats-Unis, SE. Kerfalla Yansané. C’était en présence du ministre d’Etat chargé des affaires présidentielles et ministre de la défense M. Mohamed Diané.
Conduite par son président élu, M. Dialla Doumbouya, le nouveau Bureau était venu pour une visite de courtoisie et de prise de contact avec les autorités de l’ambassade.
Introduit par l’ambassadeur Yansané, le ministre Diané a mis l’occasion à profit pour transmettre aux représentants de la communauté,  le message de paix et d’unité du président de la République, le Professeur Alpha Condé.
Pour sa part, l’ambassadeur Yansané a félicité le nouveau Bureau et s’est dit disposé à travailler avec les élus, une fois installés, afin de renforcer le tissu social au sein de la communauté.

Cellule de communication

Mme Barbara Mc Sow, nouvelle Représentante résidente du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) reçu par le Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger Inbox x

Mme Barbara Mc Sow, nouvelle Représentante résidente du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) a officiellement présenté dans l’après-midi de ce 30 Janvier 2019 sa Lettre d’accréditation au Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger, S.E.M Mamadi Touré. A cette occasion, Mr le Ministre des Affaires Etrangères a souhaité la Bienvenue en Guinée à Mme Barbara Mc Sow avant de la rassurer pour la bonne collaboration et l’appui que le Ministère va lui apporter pour la réussite de sa mission en Guinée.

Elle a remercié Mr le Ministre pour cette audience,  a promis d’œuvrer inlassablement pour consolider le partenariat entre la Guinée et l’UNFPA et de poursuivre l’œuvre de ses processeurs dans le cadre de la mise en œuvre et du focus sur les dividendes démographiques.

Mme Barbara Mc Sow de nationalité américaine, arrive en Guinée après 4 années de mission bien remplie au Cameroun. Auparavant elle a travaillé pendant plusieurs années dans le Système de santé du Gouvernement américain.

Après cette audience, Mme Barbara Mc Sow va entreprendre une série de visite de prise de contacts avec ses collègues de l’Equipe Pays du Système des Nations Unies, les membres du Gouvernement, les partenaires nationaux ainsi que les partenaires au développement de la Guinée

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU 24 JANVIER 2019

Conakry, le 24 Janvier 2019  Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des Ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi 24 Janvier 2019 de 10h à 12h30 mn, avec l’ordre du jour suivant :

  1. Message de Son Excellence Monsieur le Président de la République ;

  2. Compte rendu des sessions ordinaires du Conseil Interministériel tenues les 15 et 22 Janvier 2019 ;
  3. Questions diverses.

Au titre du premier point de l’ordre du jour ;

Monsieur le Président de la République a ordonné la mise en place d’une commission Interministérielle en vue de réfléchir à l’amélioration et à la systématisation des contrôles afin de veiller au strict respect de la réglementation en vigueur. Il a également donné des instructions fermes aux Ministres concernés afin que l’immatriculation de tous les travailleurs à la Sécurité Sociale soit effective.Monsieur le Président de la République a rappelé l’importance de la sauvegarde et de la protection de l’environnement dans notre pays. Il a indiqué au Gouvernement sa responsabilité en la matière vis à vis de nos populations mais aussi à l’endroit des pays voisins dont les cours d’eau prennent leur source en République de Guinée. A ce propos, il a instruit les ministres concernés d’organiser une vaste campagne de reboisement à travers le lancement d’un concours à l’échelle nationale et d’intensifier la sensibilisation des artisans ayant des activités impactant l’environnement.Le Chef de l’Etat a insisté sur la nécessité de renforcer et de fiabiliser l’élaboration de nos statistiques nationales. A ce propos il a instruit le Premier ministre Chef du gouvernement de veiller à ce que l’Institut National de Statistiques soit le seul organe habilité à communiquer officiellement aux tiers les statistiques nationales.

Monsieur le Président de la République a indiqué au Gouvernement que dans l’optique d’une meilleure gestion des ressources publiques et, sauf autorisation expresse, aucun avenant ne devra être signé avec les entrepreneurs titulaires de marchés publics. A cet effet, Il a rappelé que la signature d’un contrat avec l’Etat engage le signataire à la réalisation des prestations conformément au cahier des charges.

Le Chef de l’Etat a instruit le Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation d’examiner avec attention la situation des enseignants contractuels. Il a demandé au ministre d’envisager un programme de renforcement des capacités en vue de leur intégration dans le corps des enseignants titulaires.Monsieur le Président de la République a ordonné aux Ministres concernés de veiller à la sécurisation des domaines de l’Etat dans la Région administrative de Boké en prévision de l’établissement de la Zone Economique Spéciale.Le Chef de l’Etat a donné des instructions fermes au Ministre en Charge de l’Information et de la Communication afin que la couverture de l’ensemble du territoire par la télévision et la radio nationales soit effective. Il a en outre rappelé la nécessité de relancer dans un bref délai les activités des antennes régionales de la Télévision et de la Radio nationales.Monsieur le Président de la République a instruit les Ministres en charge de l’Agriculture et de la Communication de veiller à la large diffusion du nouveau tarif du Kilogramme de coton fixé à GNF 4 000.
Au titre du deuxième point de l’ordre du jour,

Monsieur le Premier Ministre a fait le compte rendu des sessions ordinaires du Conseil Interministériel des 15 et 22 Janvier 2019

Le Conseil a entendu successivement :

  1. Le Ministre de l’Information et de la Communication qui a fait une communication relative à la retransmission des évènements sportifs Internationaux sur les antennes des médias publics guinéens :

Il a rappelé que les chefs d’Etat africains ont adopté le 31 Janvier 2017 à Addis- Abeba, une motion dénonçant l’injustice faite à la jeunesse africaine qui est parfois privée du droit de suivre les manifestations sportives mondiales auxquelles les Etats africains sont parfois associés. Le coût prohibitif des droits de retransmission de cesrencontres sportives constitue une barrière infranchissable pour les économies en construction de ces pays.L’Union Africaine de Radiodiffusion (UAR), regroupant les représentants des télévisions et radiodiffuseurs africains de service public a adopté une déclaration à cet effet le 10 Novembre 2018 (Déclaration d’Abidjan) pour réaffirmer son attachement au Mémorandum des chefs d’Etat et réitérer que seule une loi relative aux conditions de retransmission des évènements sportifs est à même de mettre fin à des pratiques destinées à balkaniser le continent pour enrichir des instances étrangères de gestion des évènements sportifs.Le Ministre a indiqué que la Radiodiffusion Télévision Guinéenne (RTG) est aujourd’hui confrontée à l’insuffisance d’équipements techniques répondant aux standards de la CAF pour produire des matchs à domicile, et à la perte de son statut de diffuseur local attribué actuellement à une chaine privée.Pour des raisons techniques, institutionnelles et juridiques, elle ne peut que partiellement assurer la retransmission des matchs de nos équipes nationales.Le Ministre a soutenu que l’acquisition de ces équipements dans un délai raisonnable est nécessaire pour permettre la retransmission des matchs des équipes nationales joués à domicile.C’est dans ce cadre que la Guinée a mandaté l’Union Africaine de Radiodiffusion pour la représenter dans les négociations en vue de la concession de droits de retransmission des éditions de 2019, 2021, 2023 de la coupe d’Afrique des Nations de Football.

Au terme de l’exposé, le conseil a apporté son soutien au Ministre et recommandé la retransmission des évènements sportifs Internationaux sur les antennes des médias publics guinéens. Il recommande également l’équipement de la RTG afin de lui conférer le statut d’un véritable médium de service public. Pour ce faire, il a instruit le Ministre de travailler en concertation avec les Ministres en charge des Finances et du Budget pour présenter un budget pour l’acquisition desdits équipements.

  1. Le Gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée qui a fait une communication relative à la situation du Secteur des Assurances en République deGuinée

Il a informé que le marché Guinéen des Assurances compte à date 12 Sociétés agréées, et est animé par 65 intermédiaires en règle, dont 42 courtiers et 23 agents généraux. Ce dispositif est complété par un Bureau National de la Carte Brune CEDEAO pour les assurances transfrontalières et un Fonds de Garantie Automobile (FGA) pour la prise en charge des victimes d’accidents de la circulation pour lesquels les responsables ne sont pas connus, ou sont connus mais pas solvables.Le Gouverneur a indiqué que le chiffre d’affaires du marché des assurances rapporté au PIB nominal reste faible par rapport à la moyenne Africaine, et ne représente que 0,36% en 2017, et la prime moyenne par habitant (Chiffre d’affaires/Population) est de 31 668 francs Guinéens soit moins de 4 $ en 2017 contre 762,5 $ en Afrique du Sud et 6,2 $ au Nigéria.Il a déclaré que le secteur des assurances a contribué, comme investisseur institutionnel, à hauteur de 0,48% à l’investissement national et de 0,54% à l’investissement du secteur privé.La part des assurances dans l’investissement du secteur privé a connu une régression depuis 2015 en raison de la forte augmentation des investissements dans le secteur minier.Le Gouverneur a signalé d’importantes difficultés qui entravent l’évolution du secteur des assurances, dont entre autres :

  • La faiblesse de la culture d’assurance en Guinée ;
  • Le non-respect des assurances obligatoires ;
  • Le phénomène de la délocalisation des gros risques, notamment dans les secteurs miniers et de transport ;
  • La faible rétention des primes au niveau du marché, entrainant une fuite de capitaux en raison de l’absence d’une compagnie de réassurance ;
  • La faiblesse du rendement du secteur ;
  • Le faible soutien des producteurs agricoles.

 

 

 

Au terme de l’exposé, le conseil a apporté son soutien au Gouverneur de la Banque centrale et l’a invité à poursuivre des efforts d’assainissement du secteur des assurances et sa mise en conformité avec les normes et standards internationaux. Le conseil a en outre insisté sur la nécessité de définir un mécanisme permettant de contraindre les automobilistes à souscrire une police d’assurance pour leur véhicule. Par ailleurs, le conseil a demandé aux ministres concernés de veiller à ce que l’ensemble des camions opérant dans le secteur minier disposent d’une police d’assurance adéquate.

  1. Le Ministre de l’Economie et des Finances qui a soumis pour examen le projet de Décret portant création de la Mission d’Appui à la Mobilisation des Ressources Internes(MAMRI)

Il a rappelé l’engagement du Gouvernement à concevoir et mettre en œuvre une véritable révolution fiscale, à la fois pour dégager des marges budgétaires en vue du financement des priorités économiques, mais également pour impulser une dynamique de modernisation des Administrations économiques et financières de notre pays, pour les rendre plus performantes.Cet engagement est en adéquation avec les recommandations de la conférence d’Addis-Abeba de juillet 2015, sur le financement du développement. À cette conférence, les pays en développement ont été encouragés à renforcer leurs capacités de mobilisation des ressources internes.Le Ministre a indiqué que les recettes fiscales guinéennes sont actuellement d’un niveau d’environ 13,5% du PIB. Le consensus dégagé lors des travaux à Addis-Abeba a été d’encourager les économies comme la nôtre à tendre vers un objectif de mobilisation des recettes fiscales à hauteur de 20% du PIB.Il a rappelé que depuis 2010, sous le leadership du Président de la République, des actions vigoureuses ont été entreprises, qui ont permis de renforcer le dynamisme de notre économie. Sur la base d’un diagnostic pertinent, ces actions ont ainsi permis une stabilisation des indicateurs macroéconomiques, la relance du secteur minier, ou encore l’amélioration de l’attractivité économique de notre pays, comme en témoignent le succès du Groupe consultatif à Paris sur le PNDES et l’accord de partenariat avec la Chine.Le Ministre a toutefois noté que ces succès réels, n’ont pas permis de changer fondamentalement de paradigme et d’accroitre, comme nous l’aurions souhaité, la confiance dans la politique économique, tant du point de vue de la diversification du système productif que de celui de la réduction de la pauvreté et du développement des infrastructures.Il a précisé que les financements extérieurs dans le cadre du PNDES (20 Mds USD) et l’accord avec la Chine (21 Mds USD), qui commencent seulement à se concrétiser, ne sauraient se substituer à la nécessité pour notre pays d’améliorersignificativement ses capacités de mobilisation des ressources internes, en vue de faire face, même partiellement, à nos besoins de financement.Le Ministre a déclaré que les points évoqués plus haut ont amené le Premier Ministre à prendre sur accord de Son Excellence Monsieur le Président de la République, la décision d’instituer une Mission d’Appui à la Mobilisation des Ressources Internes (MAMRI), pour conduire les travaux tendant à améliorer les capacités de mobilisation des recettes fiscales, à l’instar des exemples réussis ailleurs en Afrique.Le Ministre a affirmé que l’objectif fondamental de la MAMRI est de donner aux initiatives se rapportant à la mobilisation des ressources internes l’impulsion politique du Chef de l’Etat. Cette instance sera, entre autres objectifs, le lieu de réalisation des diagnostics requis pour apprécier la pertinence, pour la Guinée, d’instituer un office des recettes.La Mission d’Appui compte deux instances, un Comité de Pilotage et une Equipe Technique Permanente.Le Comité de Pilotage est présidé par le Premier ministre. Le Ministre de l’Economie et des Finances est Vice-Président, tandis que le Ministre du Budget est Rapporteur. Un certain nombre de ministres sont membres du Comité de Pilotage, ainsi que des personnalités extérieures et qualifiées.L’Equipe Technique Permanente compte un Chef de mission, un rapporteur, des directeurs de projet et un gestionnaire de projet. La structuration de l’équipe technique permanente est telle que tous les segments de la mobilisation des ressources internes sont couverts.Le Ministre a sollicité l’approbation du projet de décret qui permettra le démarrage effectif des travaux et de bénéficier de l’appui de nos partenaires intéressés.

 

Au terme de l’exposé le Conseil a demandé aux Ministres concernés de revoir à la hausse l’objectif de mobilisation des recettes intérieures en le portant à 25% du PIB. Sous réserve de la prise en compte de cette observation, le Conseil recommande l’adoption de ce projet de décret.

 

 

  1. Le Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts qui a fait une communication relative au déroulement de la 24ème Conférence des Parties (COP24) à la Convention des Nations Unies sur les Changements Climatiques, du 02 au 14 décembre 2018 à Katowice (Pologne).

Il a indiqué que bien que la cérémonie d’ouverture ait enregistré la présence de 40 Chefs d’Etat et de Gouvernement, ainsi que du Secrétaire Général de l’ONU, la COP24 a été marquée par l’absence de Hauts dirigeants des Pays développés dont les USA, l’Allemagne, la France, la Russie, etc.Le Ministre a soutenu que l’Objectif de la COP24 était de capitaliser les acquis de la COP23 et projeter les discussions majeures à mener lors de cette session.Les principaux enjeux étaient : la finalisation de l’adoption des règles de mise en œuvre de l’Accord de Paris, l’aboutissement du dialogue de Talanoa avec la participation des Ministres et le bilan de l’action et de l’ambition pré-2020.Il a affirmé qu’en plus des plénières, les membres de la délégation guinéenne, ont participé à plusieurs évènements parallèles.Le Ministre d’Etat a eu l’occasion de rencontrer les responsables de la Convention sur le Commerce International des Espèces de Faune et de Flore Sauvages menacées d’Extinction (CITES) en vue de réexaminer les efforts fournis par le Gouvernement guinéen pour lever la sanction qui frappe notre pays. Une mission d’Experts du Secrétariat est attendue à Conakry le 20 janvier 2019 à cet effet.La délégation a également eu des rencontres avec les représentants du PNUD, du FEM de la BAD et autres partenaires financiers pour la recherche de financement des 13 projets initiés par le Département de l’Environnement.Le Ministre a informé que malgré des divergences constatées la COP24 a abouti à l’adoption du Manuel devant rendre opérationnel l’Accord de Paris. La COP25 est prévue se tenir au Chili.

Au terme de l’exposé, le conseil a invité le Ministre à faire le suivi des engagements de la Guinée a la COP24 ainsi que les efforts fournis par le Ministère de l’Environnement dans le cadre de la mise en œuvre de son NDC (contribution Nationale déterminée) et s’assurer de l’établissement de la liste globale des représentants de la Guinée aux prochaines COP.

  1. Le Ministre de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Etat et de la Modernisation de l’Administration qui a fait une communication relative à la feuille de route de la miseen œuvre du Programme de Réforme de l’Etat et de Modernisation de l’Administration (PREMA), exercice 2019.

 

Il a réitéré que le Programme de Réforme de l’Etat et de Modernisation de l’Administration a pour mission : la coordination, l’impulsion et le suivi-évaluation des politiques et programmes de réformes de l’Etat et de modernisation de l’Administration.Le Ministre a indiqué les 5 Axes stratégiques d’intervention du PREMA dans le cadre du Plan de Réforme défini.Il a souligné que pour accélérer la modernisation de l’administration engagée et la rendre plus performante et plus accessible, la feuille de route du Plan de réforme de l’Administration et de la Fonction Publique prévoit en 2019, la réalisation des actions suivantes :

  • Le renforcement des capacités des membres du gouvernement, des hauts cadres de l’administration publique ;
  • L’adaptation des organisations et du fonctionnement des services de l’administration publique aux nouvelles normes et aux nouvelles modalités de gestion publique ;
  • La modernisation et la fiabilité des systèmes de gestion des ressources humaines ;
  • La conduite des volets de réformes visant l’amélioration de l’organisation et du fonctionnement des Directions et des services de la Fonction Publique ;
  • L’amélioration des services rendus à l’usager ;
  • La vulgarisation des nombreux textes de lois élaborés et adoptés par le gouvernement et l’appropriation par les cadres et agents de ces outils (GAR, L025 ; L028 etc.) ;
  • La vulgarisation et l’opérationnalisation des cadres institutionnels et des textes élaborés par le PREMA, dans le cadre de l’appui au renforcement de la Décentralisation et de la Déconcentration ;
  • La finalisation et l’adoption par le Gouvernement de lois et projets structurants dont : entre autres : la loi sur le Droit d’Accès à l’Information Publique, le Code de Conduite de l’Agent public, etc.

 

 

Au terme de l’exposé, le conseil a apporté son soutien et recommandé :

  • au Ministre, la mise en œuvre de la feuille de route et la conduite d’une enquête portant sur le fonctionnement global de l’administration publique ;
  • aux Ministres en charge du Budget et des Finances, d’assurer les financements prévus au BND pour permettre l’opérationnalisation des actions prévues dans la feuillede route.

 

Au titre des questions diverses

Le Conseil a félicité le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, à travers l’Institut Supérieur des Mines et de la Géologie de Boké (ISMGB), pour la sélection de son 2ème projet, bâti autour de l’économie minière et intitulé « Centre d’Excellence Emergent en Mines et Société, en abrégé CEMS ».

Le CEMS est élu pour cinq ans (2019-2023) et recevra l’appui de la Banque Mondiale et de ses partenaires durant cette période, à travers une enveloppe de quatre millions de dollarsaméricains (4 000 000 USD) et une assistance technique de haut niveau. Ce programme d’excellence permettra à l’ISMGB de moderniser ses infrastructures, mettre à niveau ses équipements de laboratoires et qualifier ses programmes de recherche et de formation par la mise en place de nouveaux programmes tournés vers l’économie minière en lien avec le développement socioéconomique de la Guinée et de la sous-région ouest-africaine. A terme, ce programme de coopération quinquennal aidera l’enseignement supérieur et la recherche scientifique guinéens à asseoir les bases indispensables de la transformation de l’Institut Supérieur des Mines et de la Géologie de Boké en un véritable outil d’expertise scientifique, académique, technique et technologique au service du développement d’une économie minière sociale porteuse de croissance, de talents et d’emplois pour les populations guinéennes et de la région.Durant les cinq (5) prochaines années, l’ISMGB, pour le compte de son CEMS, recevra un appui financier et une assistance technique de qualité pour améliorer ses procédures et déboucher sur des résultats de recherche, de formation et de service à la communauté de standard international.

Le Conseil des MinistresTransmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

Ambassor YANSANE at a panel discussion “Challenges Facing Africa Today”

Peace and Security are the prerequisite for the development of Africa:” Ambassador YANSANE
Guinea’s Ambassador to the United States, HE. Kerfalla YANSANE, points to “Vulnerability” and  “Fragility” as a major stumbling block to peace and economic growth in Africa, in a panel discussion in Washington, DC.
“The Political, Economic and Security Challenges Facing Africa Today”, was the main topic of discussion on Tuesday, January 22, as diplomats and guests gathered at the Burns Auditorium in the George Marshall Center of the State Department.
The event, organized by The Associates of the American Foreign Service Worldwide, featured three panelists from African diplomatic corps. They include Ambassadors of Guinea, HE. Kerfalla YANSANE, and his counterparts from Zambia and Mozambique.
Ambassador YANSANE focused his remarks on two key areas of the governance in Africa. “Vulnerability” and  “Fragility”. Full Remarks.

Les diplomates et les institutions présentent leurs voeux au Président Alpha Condé

Sékhoutouréya

Les diplomates et les institutions présentent leurs voeux au Président Alpha Condé

Sékhoutouréya, 9 janvier 2019 – Les membres du corps diplomatique, les représentants des institutions internationales accréditées en Guinée et les Présidents des institutions nationales ont présenté leurs voeux de nouvel an au Président de la République, le Pr. Alpha Condé, ce 9 janvier 2019 au Palais Sékhoutouréya.

Dans une atmosphère détendue, le doyen du corps diplomatique, l’ambassadeur de la Fédération de Russie en Guinée, Alexandre Brigadzé, qui est au pays depuis 8 ans, dit qu’il observe le processus de développement engagé par le gouvernement. Selon le diplomate russe, le PIB augmente de façon considérable. « Sous les yeux des ambassadeurs, la Guinée devient le premier pays exportateur de la bauxite au monde. Sous nos yeux, la Guinée devient le pays le plus électrifié de l’Afrique de l’Ouest » a déclaré le doyen du corps diplomatique.

Poursuivant, Alexandre Brigadgé a indiqué que les perspectives sont nombreuses et qu’elles ne peuvent être réalisées que dans la paix. Aux dires de ce dernier, c’est le moment pour les Guinéens de manifester l’unité nationale, le patriotisme pour relancer le pays sous l’égide du Président Alpha Condé.

« À quoi ça sert une alternance si tout va bien ? C’est la culture de ‘’c’est notre tour’’, c’est forcément notre tour, qui crée des problèmes… Rien n’est statique… Même dans la Bible, il y a eu l’ancien testament et ensuite le nouveau testament », affirmera le diplomate russe qui martèle que la Constitution doit s’adapter aux réalités sociales et non le contraire.

Il a ensuite apprécié les dispositifs de sécurité mis en place en faveur des populations avant d’affirmer le soutien des membres du corps diplomatique pour l’esprit de dialogue prôné par le Chef de l’Etat afin d’aplanir les différends.

Au nom de l’Union Européenne, l’ambassadeur de la Grande Bretagne, Catherine Ingleheam, a apprécié la croissance économique que le pays connaît à travers le secteur agricole et minier et elle a souhaité que le secteur industriel emboîte le pays.

La diplomate a espéré le développement de la jeune démocratie en Guinée qui doit être suivie par le développement économique.

Le doyen des diplomates africains, Fassih Rabah, a noté qu’il est témoin des progrès réalisés par la Guinée sous le magistère du Président Alpha Condé tels que l’atteinte du PPTE. Il a apprécié le passage remarquable du Président Alpha Condé à la tête de l’Union Africaine où selon lui, il a amené les pays à parler d’une seule voix. Il a affirmé le soutien des diplomates africains pour renforcer la coopération entre l’Afrique et les autres continents.

Le représentant du Groupe arabe, Driss Isbamène, a rassuré le soutien du groupe arabe et particulièrement son pays, le Maroc, avant de remercier le Président Alpha Condé pour son soutien à la cause arabe.

L’ambassadeur du Japon, Hisanobu Hasama a, au nom des diplomates asiatiques, rappelé que la Guinée est très riche en ressources naturelles. Pour cela, il a fait savoir que la paix et la stabilité sociale doivent être garanties pour favoriser le développement et il a mis l’accent sur le renforcement du système éducatif.

De son côté, le représentant des organisations internationales, Patrice Vahard, s’est réjoui du progrès que la Guinée enregistre. Avant de rassurer que les organisations internationales sont à la disposition de la Guinée pour faire avancer le pays. Il a souhaité que la grève des syndicats aboutisse à la signature d’un accord pour que les enfants reprennent le chemin de l’école.

Le Président de l’Assemble Nationale, l’honorable Claude Kory Kondiano, au nom des institutions constitutionnelles, a salué les progrès réalisés par le Président de la République depuis son accession à la magistrature suprême avant de lui souhaiter une bonne continuation sur les différents secteurs tels que l’énergie, l’agriculture, les mines. Selon lui, chaque structure du pays doit suivre cette voie. 

Le Chef d’Etat Major des Forces Armées, le Général Namory Keita, a retracé le parcours des forces de défense et de sécurité en 2018 en terme d’objectifs à travers la formation, l’acquisition de nouveaux matériels, la construction de nouvelles infrastructures. Toutefois, le Général Namory Kéita a signalé qu’il y a des défis sécuritaires qui restent à relever. Il a renouvelé la fidélité des forces de défense et de sécurité au Chef de l’Etat.

En souhaitant ses vœux aux différents corps constitués, le Président de la République, le Pr Alpha Condé, a invité les diplomates à chercher à connaitre le pays avant d’en faire un jugement. Le Président Alpha Condé a indiqué que l’Armée ne participe pas au maintien de l’ordre. Toutefois il a signalé que le pays ne restera pas dans l’anarchie. Il a donné de larges explications sur les différentes réformes qu’il a faites et les résultats obtenus depuis son élection à la magistrature suprême. Il a affirmé que la Guinée est prête à collaborer avec toutes les structures pour faire avancer le pays. Le gouvernement est ouvert à toutes les critiques afin de permettre à l’Etat de s’améliorer, dira-t-il.

Il a souhaité que les relations de coopération se renforcent davantage entre la Guinée et les pays amis.

Le Président de la République a salué l’Assemblée nationale pour les sessions de loi et celles budgétaires. Toutefois, le Chef de l’Etat n’a pas apprécié le vote de la loi sur la polygamie. Il a rassuré d’appuyer les institutions confrontées à un problème budgétaire avant de solliciter la mise en place rapide de la nouvelle CENI.

Il a félicité l’armée pour sa participation dans les activités sociales telles que l’assainissement avant de souhaiter la voir participer pleinement à toutes les activités de développement du pays. Pour cela le Chef de l’Etat a sollicité le renforcement et la multiplication des brigades agricoles ainsi que la formation au sein de l’armée des ingénieurs et d’autres spécialistes pour qu’ils participe davantage à la vie économique.

Le Chef de l’Etat a rassuré que le gouvernement va poursuivre le programme de développement en faveur des populations et cette fois-ci les 15% des recettes minières seront consacrés au développement des collectivités locales.

 

Le Bureau de Presse de la Présidence

NOUVEL AN 2019 – ADRESSE DU CHEF DE L’ETAT A LA NATION

NOUVEL AN 2019

ADRESSE DU CHEF DE L’ETAT A LA NATION

Guinéennes, Guinéens,

Mes Chers Compatriotes,

En cette année 2018, nous avons déjà célébré le soixantième anniversaire de notre indépendance nationale, sous le signe d’une souveraineté que notre pays a toujours assumée. C’est un évènement qui est pour nous tous, l’occasion de rendre un hommage exceptionnel aux héros de la cause africaine et  aux grandes figures de notre pays.

Je voudrais rappeler, à tous, que soixante années plus tôt, en 1958, tous les leaders politiques de notre pays avaient surmonté leurs ambitions personnelles, pour s’exprimer en faveur de notre accession à la souveraineté internationale. Cet exemple de patriotisme reste aujourd’hui pour notre peuple, une valeur essentielle pour la consolidation de notre histoire.

L’année qui vient de s’écouler a été marquée sur le plan international, par de nombreuses crises économiques et sociales. Mais la Guinée a démontré la solidité de ses institutions, la maîtrise de son cadre macro-économique, son attachement à l’unité nationale ainsi qu’au renforcement de la démocratie.

Depuis 2010, la démocratie fait partie de notre histoire à l’image de notre indépendance. Elle est aussi un patrimoine que nous devons assumer ensemble, au nom du respect de  la volonté de notre peuple qui demeure le seul souverain.

Je voudrais partager avec vous ces valeurs, en cette fin d’année 2018 qui nous donne aussi l’occasion de manifester notre  solidarité à l’endroit de nos compatriotes malades et à ceux confrontés à des difficultés de la vie quotidienne.

J’associe à cette attention, toutes les personnes arrachées à notre affection au cours de l’année 2018.

J’ai une pensée toute particulière pour nos compatriotes établis à l’Étranger. Je leur souhaite mes meilleurs vœux et leur réitère notre reconnaissance pour tous les efforts qu’ils consentent pour contribuer de leur mieux au développement de notre patrie.

C’est aussi l’occasion de souhaiter une bonne année à tous les ressortissants des pays frères qui ont choisi de vivre parmi nous.

Nos pensées se tournent également vers nos soldats et toutes les  forces de défense en mission à l’Étranger dans le cadre des opérations de maintien de la paix et la stabilité de notre  région.

Mes Chers Compatriotes,

Nous finissons une année qui a été sur le plan international marquée par une baisse persistante des cours de certaines matières premières, mais notre économie tient le cap. En 2017, nous avons eu une croissance à deux chiffres de 10%, malheureusement avec les différents troubles, le taux actuel sera  entre 6 et 7%.

Dans le même temps, les réserves de la Banque Centrale sont maintenues à un taux adéquat de trois mois d’importation. Le Gouvernement continue d’œuvrer à la préservation des équilibres macro-économiques, à l’application du protocole d’accord avec le patronat et les syndicats, la mise en œuvre des reformes relatives à la transparence budgétaire et la mobilisation sécurisée des recettes.

Un autre impératif s’impose toujours à nous : il s’agit  de la gestion des projets convenus avec la Chine pour une enveloppe de 20 milliards de dollars qui seront investis dans les domaines de l’éducation, des infrastructures, de l’énergie et de l’agriculture. Plusieurs des projets concernés sont déjà en cours d’exécution.

La Guinée a également obtenu plus de 20 milliards de dollars en promesses de financements publics et privés au titre du Plan National de Développement Économique et Social (PNDES), lors de la réunion de Paris. Les investissements prévus seront utilisés dans divers projets. Ces engagements s’exécutent dans le cadre d’un rapport de confiance rétabli avec le Fonds Monétaire International, institution avec laquelle, notre Gouvernement vient de conclure un deuxième programme économique et financier appuyé par la ‘’Facilité Élargie de Crédit’’ d’un montant de 170 millions de dollars.

Mes Chers Compatriotes

La Guinée est aujourd’hui un pays en chantiers. Dans le secteur des mines, l’intérêt des investisseurs s’est traduit par de nouveaux projets, et la relance d’autres réalisations, pour un investissement total prévu de plus de 10 milliards de dollars entre 2016 et 2025, dont plus de 3 milliards de dollars actuellement en cours d’exécution sur le terrain. Cette nouvelle dynamique a permis de créer plus de 17.000 emplois directs et plus de 50.000 emplois indirects.

Ces investissements ont permis d’augmenter significativement le niveau de production dans le secteur de la bauxite. Ce dernier est passé d’une stagnation en deçà de 20 millions de tonnes, pour atteindre plus de 50 millions de tonnes en 2017. En 2018, notre pays devrait pour la première fois, atteindre 60 millions de tonnes de production de bauxite. Grâce à la nouvelle politique minière, la Guinée a connu en 2018, la mise en service de ses premiers kilomètres de chemin de fer après 44 ans d’attente. De nouveaux projets de raffineries de bauxite sont en cours et deux nouveaux ports minéraliers ont vu le jour avec une certification internationale.

Dans le secteur de l’agriculture, notre priorité, nous avons deux objectifs : atteindre l’autosuffisance alimentaire, par le renforcement des cultures vivrières, élever le niveau de vie des paysans par des cultures de rente comme l’anacarde, café robusta et arabica, sésame, gingembre etc. De moins de 15.000 tonnes d’engrais en 2010,  nous atteignons aujourd’hui 100.000 tonnes. En plus du développement des différentes filières, nous réduisons de plus en plus notre dépendance alimentaire en apportant un appui constant au monde paysan, notamment par la fourniture des intrants.

Avec la Banque Africaine de Développement, nous travaillons pour la valorisation de nos produits par leur transformation industrielle, ce que nous appelons l’agrobusiness.

La filière riz a bénéficié cette année de plus de 300 moissonneuses-batteuses et 300 décortiqueuses. Des régions du pays sont désormais dotées en matériels agricoles en quantité et en qualité. L’introduction des couveuses va créer une véritable révolution et développera notre filière avicole de même que le renforcement de la pisciculture qui permet à certaines régions de l’intérieur comme le Fouta, la Haute Guinée, la Guinée Forestière de ne plus s’approvisionner en poisson à partir de la capitale. Tous ces secteurs seront modernisés à travers la mécanisation de l’outil de travail.

Guinéennes, Guinéens,

En 2018, l’État a poursuivi des efforts pour la collecte des ressources et la rationalisation de la dépense publique. C’est ainsi que sera accordée une attention toute particulière à la situation des Petites et Moyennes Entreprises, pour alléger la dette intérieure. L’exécution de nos grands travaux se poursuit avec un accent prioritaire mis sur les infrastructures routières et les ouvrages de franchissement.  Le réseau routier guinéen couvre aujourd’hui 45.301 kilomètres. Le Gouvernement a mis en place un plan d’urgence d’entretien, de rénovation et de réfection de l’ensemble des ouvrages de franchissement aujourd’hui en état critique. Mais nous sommes également attelés à la construction de nouvelles routes pour désenclaver davantage notre pays.

Mes Chers Compatriotes

La fourniture d’électricité est au cœur de notre projet de gouvernance. Notre ambition est de faire, dans cinq ans, de la Guinée, le pays le plus électrifié de la sous-région. Après le barrage de Kaléta inauguré en 2015, avec une capacité de 240 mgw, nous avons lancé en avril 2016, le projet Souapiti d’une puissance installée de 450 mgw. Le projet Amaria est lancé depuis le mois de janvier 2018 pour une capacité de production de 300 mgw. Le barrage de Koukoutamba, dans la région de Tougué, d’une puissance de 200 mgw et le barrage de Foumi à Kouroussa, de 90 Mgw. Le taux d’électrification qui était de 13,4% en 2013, est aujourd’hui passé à 35,2% sur le secteur interconnecté et 7% sur le secteur non interconnecté. D’ici 2020, notre ambition est d’atteindre un taux d’accès à l’électricité de 65% sur le secteur interconnecté. De nombreux projets de construction  de barrages sont en attente de réalisation. La construction  des mini centrales,  de Touba, Kogbedou Frankonedou, Daboya et Zebela. La construction de la centrale de Keno, le barrage hydroélectrique de Diaraguela, la centrale solaire de Koumaguely. Nous allons renforcer l’énergie hydroélectrique par l’énergie solaire, dont 80 mgw prévus à Linsan. 40 mgw déjà signés avec Solveo,  nous sommes en négociation pour 40 autres. Cela permettra de réduire le recours à l’énergie thermique.

Par ailleurs, les fournitures en soins de santé, seront revues et renforcées. Depuis 2014, la Guinée a pu densifier sa carte sanitaire par la construction de centres de santé, de centres médicaux, de Laboratoires de détection des maladies épidémiologiques, ainsi que la rénovation de nos hôpitaux, comme l’hôpital Donka,  l’extension de l’hôpital sino guinéen.

Notre objectif est de faire bénéficier à nos populations l’accès à des soins de proximité et de qualité. C’est dans cette optique que le Gouvernement a été instruit de parachever  la mise en place de la Couverture Santé pour Tous, de nature à  réduire les obstacles financiers à l’accès aux soins.

Le droit à l’éducation est également une question importante.  Depuis 2010, l’Etat en a fait une priorité absolue. Des plans d’actions sont élaborés et mis à l’œuvre  à tous les niveaux du système éducatif et à toutes les échelles de la vie courante,  telles la construction des écoles et des universités, l’égalité de chance à l’éducation sans discrimination. L’université de Labé est en cours de finition,  celle de Kankan démarre cette année. Ce sera ensuite celle de Nzérékoré. Grâce au soutien des organismes internationaux, les droits de l’enfant à l’éducation deviennent de plus en plus une réalité. On constate une augmentation du taux de scolarisation au niveau national.

Néanmoins, des efforts restent encore à faire pour offrir à l’école guinéenne, une éducation et un enseignement de qualité.

Nous allons parallèlement intensifier les efforts en matière de création d’emplois, notamment en faveur de la jeunesse et l’autonomisation des femmes, comme cela existe déjà avec le système des mutuelles destinées à ces dernières. L’amélioration de la situation sociale des agents du service public, est également inscrite dans le calendrier gouvernemental, après une première revalorisation des salaires et primes, ainsi que le recrutement des contractuels et l’instauration de la grille indiciaire

Mes Chers Compatriotes,

Les dernières contestations autour des élections locales et le mouvement social d’une partie du syndicat de l’enseignement ont occasionné des manifestations qui ont fait des victimes, détruit des biens matériels, et porté atteinte aux symboles de la République. L’éducation de nos enfants a été perturbée, par des groupes de manifestants qui n’ont pas hésité à empêcher le déroulement des cours. Les activités économiques et sociales ont été  troublées par des mots d’ordre imposés aux populations par la menace, l’intimidation et les voies de fait.  Je tiens à vous le confirmer, L’État, garant de la protection des citoyens et de leurs biens ne peut rester sans réponse. C’est pourquoi, des PA ont été créés dans les zones de turbulence pour protéger les populations contre les fauteurs de troubles. Des mesures ont été prises pour dissocier les manifestants qui revendiquent des droits et des casseurs dont le seul but est de semer le désordre dans notre pays.

C’est pourquoi, j’en appelle à chacun d’entre vous à préserver la paix, la cohésion sociale dans l’intérêt de notre chère patrie.

J’exhorte chacun d’entre nous au dialogue pour aplanir les différents politiques et sociaux.

Quant aux opérations de sécurisation, elles vont se poursuivre sans faiblesse, mais toujours dans le cadre de la loi, car dans leur immense majorité, les Guinéens aspirent à vivre ensemble dans la paix.

Guinéennes, Guinéens,

Comme vous pouvez le constater, plusieurs défis de développement interpellent notre nation, des projets d’infrastructures routières ont été lancés  sur l’ensemble du territoire, pour faire de nos villes, des zones de développement.

Il nous reste à relever ensemble ces défis, dans la fraternité, le respect des institutions et dans un esprit de concorde nationale. La Guinée sera ce que nous voulons qu’elle soit. Et je reste convaincu que chacun d’entre nous souhaite le meilleur pour  notre pays.

Je félicite le Gouvernement pour les importantes réformes en cours qui permettront de sécuriser nos recettes intérieures et de mieux planifier nos dépenses. Je félicite particulièrement le Premier ministre, pour son engagement,  son dynamisme, sa disponibilité  et son dévouement. Je félicite et encourage les agents de l’Administration dans la nouvelle dynamique de réforme profonde de l’Etat, ce qui permettra de renforcer la ponctualité et de lutter contre la corruption.

Citoyennes et citoyens, mes chers compatriotes, je vous  souhaite à tous une très  bonne année 2019.

Que Dieu protège la Guinée

Transmis par le Bureau de Presse de la Présidence

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU 27 Décembre 2018

Conakry, le 27 Décembre 2018 – Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des Ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi 27 décembre 2018 de 10h à 11h30 mn, avec l’ordre du jour suivant :

Message de Son Excellence Monsieur le Président de la République ;
Compte rendu des sessions ordinaires du Conseil Interministériel tenues les 18 et 26 Décembre 2018 ;
Questions diverses

Au titre du premier point de l’ordre du jour ;

Monsieur le Président de la République a donné des instructions fermes aux Ministres concernés afin que la libre circulation des biens et des personnes soient effective entre la Guinée et les autres Etats membres de la CEDEAO, conformément aux accords et traités internationaux ratifiés par notre pays. En aucun cas il ne doit être perçu aux frontières terrestres guinéennes des payements quelconques du fait de mouvements de personnes avec les pays voisins.

Le Chef de l’Etat a encouragé les Ministères en charge du secteur financier à poursuivre et accélérer les reformes en cours en vue d’optimiser le fonctionnement des administrations fiscales et douanières et maximiser les recettes publiques tout en informant et associant le secteur privé à l’évolution du cadre économique et financier de notre pays

Monsieur le Président de la République a insisté sur la nécessité que les projets de Lois soumis au Conseil soient à l’avenir accompagnés de leurs textes d’application (décrets, arrêtés…) afin d’en permettre la mise en œuvre dès après leur adoption ou ratification par l’Assemblée Nationale

Le Chef de l’Etat a apprécié les efforts du Gouvernement ayant abouti le 21 Décembre dernier à la revue positive du Programme Economique et Financier conduit avec le FMI et la Banque Mondiale. Il a demandé à tous les membres du Gouvernement d’observer plus de rigueur dans la gestion de leurs départements respectifs et de veiller au respect des engagements nationaux à l’égard des partenaires techniques et financiers de la Guinée

Au titre du deuxième point de l’ordre du jour,

Monsieur le Premier Ministre a fait le compte rendu des sessions ordinaires du Conseil Interministériel des 18 et 26 Décembre 2018

Le Conseil a entendu successivement

Le Ministre des Transports qui a soumis, en seconde lecture pour examen, le projet de Décret portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l’Agence Guinéenne de la Sécurité Routière (AGUISER).

Il a rappelé que l’adoption de la résolution 64/255 par l’Assemblée Générale des Nations Unies en mars 2010, proclamait la décennie 2011-2020 comme décennie de la sécurité routière. C’est ainsi qu’en novembre 2011, lors de la deuxième conférence sur la sécurité routière en Afrique tenue à Addis-Abeba, le plan d’action qui stipule que chaque Etat membre doit se doter d’une structure de coordination et de gestion de la sécurité routière a été adopté.

Le Ministre a indiqué que dans le souci de répondre à cette problématique, le Ministère des Transports a lancé l’étude d’un plan de sécurité routière dont l’une des conclusions proposait déjà la mise en place d’une Agence Spécialisée dans la prévention des accidents sur toutes les routes de la Guinée. D’autre part, les Etats Généraux de la Sécurité Routière, tenus à Conakry du 06 au 10 novembre 2017, mettaient un accent particulier sur la création d’un organe en charge de la sécurité routière à l’instar des autres Etats Africains.

L’Agence Guinéenne de la Sécurité Routière a pour mission : la conception, l’élaboration et le suivi de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière de la sécurité routière. 

Il a précisé que l’Agence Guinéenne de la Sécurité Routière est un établissement Public à caractère Administratif et technique (EPA), dotée de la personnalité juridique, de l’autonomie financière et budgétaire conformément à la législation et à la règlementation régissant les établissements publics administratifs (EPA).

Au terme des débats qui ont suivi et sous réserve d’une concertation avec le Ministère du Budget sur l’identification des ressources devant servir au fonctionnement de cette structure, le conseil a adopté le projet de Décret portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l’Agence Guinéenne de la Sécurité Routière (AGUISER).

Le Ministre de la Défense Nationale, dans le cadre de la poursuite de la réforme du secteur de la sécurité et du respect des dispositions des articles 47, 142 et 144 de la constitution, a soumis pour examen quatre (4) projets de Lois :

Le premier portant principes fondamentaux et organisation générale de la Défense Nationale. 

Il a indiqué que cette Loi s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la conception d’une armée républicaine, dimensionnée, mais efficace, mieux équipée et entrainée. Le présent avant-projet de Loi permet la mise à jour de l’architecture institutionnelle et structurelle en charge de la Défense Nationale.

Le deuxième portant organisation générale et fonctionnement des Forces de Défense Nationale.

Le Ministre a expliqué que le concept de la Défense Nationale ne comprend pas que la défense du territoire et des populations par des moyens militaires. Elle vise également à porter sur les intérêts fondamentaux de la Nation qui se répartissent entre intérêts vitaux et intérêts majeurs.

Il a indiqué que le présent projet de Loi clarifie les concepts suivants :

La Défense Nationale ;
La politique de Défense Nationale ;
La stratégie de Défense Nationale ; et
Les intérêts fondamentaux.

Le troisième projet de Loi portant usage des armes par la Gendarmerie Nationale 

Le Ministre a indiqué que les nouvelles dispositions du présent projet de Loi sont prises relativement à la nature des situations effectives dans lesquelles les militaires de la Gendarmerie sont amenés à devoir faire usage de leurs armes. Elles traduisent, également, la volonté d’apporter des règles d’usages correspondant à chacune des situations auxquelles les militaires de la Gendarmerie sont souvent confrontés.

Il a soutenu que ce projet de Loi vient renforcer une fois de plus notre ordonnancement juridique pour le bien de tous ceux qui sont épris de justice et de sécurité.

Le quatrième projet de loi fixant les conditions de participation de l’armée au développement économique de la nation et à toutes autres tâches d’intérêt public.

Le Ministre a indiqué que l’objectif de ce projet de Loi est de mettre en place un cadre juridique adéquat par la définition des domaines de participation et des procédures par lesquelles le Président de la République peut faire appel à l’intervention de l’armée, notamment dans le développement économique de la nation.

Au terme des débats, le conseil a apporté son soutien au Ministre et recommandé l’implication des partenaires techniques et financiers intervenant dans le cadre de la Reforme des Forces de Défense et de Sécurité, dans l’ultime exercice de concertation envisagée autour de ces 4 projets de loi.

Au titre des questions diverses

Le Conseil a déploré les incidents graves caractérisés par des actes de violence prémédités ayant occasionné des morts d’homme, survenus dans des villages des préfectures de Siguiri et de Kankan. Ces conflits qui se rapportent à des activités d’orpaillage et d’exploitation agricole deviennent récurrents et appellent à une vigoureuse réaction des autorités judiciaires.

Le Conseil a instruit le Ministre chargé de la Justice de prendre les dispositions utiles pour que les poursuites judiciaires requises soient engagées sans délai à l’encontre de tous les auteurs et complices présumés

Enfin, le Conseil, dans le cadre du respect du principe établi de flexibilité des prix des hydrocarbures à la pompe, a décidé d’une réduction des prix de vente au litre des produits pétroliers de 500 (cinq cents) Francs Guinéens. Cette réduction qui ramène le prix de l’essence, du gasoil et du pétrole lampant à 9.500 (neuf mille cinq cents) Francs guinéens le litre, entrera en vigueur très prochainement, à une date qui sera publiée par les autorités compétentes du Gouvernement.

Le Conseil des Ministres

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

La semaine Nationale de la Citoyennété et de la Paix observée à Washington

Conformément à un décret du président de la République en date du 5 décembre 2018, la 3ème édition de la semaine Nationale de la Citoyennété et de la Paix a été célébrée du 17 au 23 décembre dernier en Guinée.

A Washington, l’événement a été marqué, le samedi 22 décembre, par une conférence organisée par l’ambassade de Guinée aux Etats-Unis, en présence de SE. Kerfalla YANSANE et de son staff, ainsi que des responsables d’associations guinéennes de la grande région de Washington.

Placée sous le thème “la Guinée 60 ans d’indépendance, une obligation de mémoire”, la conférence a été animée par le Dr. Saliou Camara, professeur d’histoire à Howard University.

Co-animant la conférence avec M. Camara, on notait Edward Haba, administrateur, Mohamed Magassouba, officier de police et Hawa Soumah, journaliste. Chacun de ces orateurs a défendu un sous-thème allant de la corrélation entre l’administrateur et l’administré, au rôle des forces de sécurité, et celui des femmes guinéennes.

Ils ont insisté sur le processus participatif de chaque citoyen qui doit “être conscient de ses droits et de ses devoirs”, en respectant les textes qui régissent la République.

Les débats instaurés par la suite ont donné lieu à des échanges fructueux, permettant aux participants de pointer du doight les points forts et les points faibles du système guinéen, sans négliger les potentiels d’avenir du pays.

A la clôture, l’ambassadeur de Guinée aux Etats-Unis, SE. Kerfalla YANSANE, a apprécié les analyses issues de la conférence. Il a exhorté les participants à développer la résilience, en passant à l’action.

“La diaspora a un rôle clef à jouer dans le cadre du développement de la Guinée. Mais pour y arriver, il faut être conscient de ses devoirs de citoyens envers la patrie, qui mérite qu’on consolide ses développements économiques, sociaux et politiques”, a t-il conclu.

 

Cellule de communication de l’ambassade