8 Mars: Journée Internationale de la Femme, le Message de l’Administrateur du PNUD

Achim Steiner, Administrateur du PNUD

Message à l’occasion de la Journée internationale de la femme

8 mars 2020

Journée internationale de la femme, 2020.

 

Déclaration à l’occasion de la Journée internationale de la femme – 8 mars 2020. Thème : Je suis de la Génération Égalité : Levez-vous pour les droits des femmes », en accord avec la campagne d’ONU Femmes, Génération Égalités.

25 ans après que la Déclaration et le Programme d’action de Beijing ont défini clairement la marche à suivre pour parvenir à l’égalité des sexes, le monde a connu des progrès remarquables.

Il n’y a jamais eu autant de filles à l’école et de plus en plus de pays ont atteint la parité entre les sexes en matière de scolarisation.

La mortalité maternelle a reculé de 38 % entre 2000 et 2017.

Plus des trois quarts des pays disposent désormais d’une législation pour lutter contre la violence domestique.

Toutefois, le Rapport du Secrétaire général des Nations Unies sur la Déclaration et le Programme d’action de Beijing souligne que la violence à l’égard des femmes et des filles reste un problème omniprésent dans le monde.

Par ailleurs, l’étude ‘Tackling Social Norms: A game changer for  gender inequalities’ (S’attaquer aux normes sociales : un moyen de changer la donne en matière d’inégalités entre les sexes – en anglais) du PNUD indique que la progression vers l’égalité des sexes est en perte de vitesse.  Aujourd’hui, seuls 14 % des femmes et 10 % des hommes dans le monde sont sans préjugés vis-à-vis des normes sociales de genre.

Ces « barrières invisibles » sont les plus manifestes dans les domaines de pouvoir. Si, en politique, les hommes et les femmes votent lors des élections dans des proportions similaires, moins d’un quart des sièges parlementaires dans le monde sont occupés par des femmes.

Il ne s’agit pas seulement d’un écart entre les sexes.  Il s’agit d’un déséquilibre de pouvoir.

En effet, nous assistons à l’apparition et à l’expansion de nouvelles formes d’inégalités.  L’impact du changement climatique touche de manière disproportionnée les femmes et les filles, tandis que la fracture numérique entre les sexes est de plus en plus évidente.

Les manifestations planétaires de #MeToo à #UnVioladorEnTuCamino montrent clairement qu’il est temps d’opérer un changement radical et de trouver de nouvelles solutions.

Alors que nous entamons la Décennie d’action pour réaliser les Objectifs de développement durable, il nous faut faire voler en éclats les préjugés et les partis pris de longue date si nous voulons parvenir à l’égalité des sexes.  Le PNUD travaille, chaque jour à travers le monde, pour y arriver.

Rien que l’année dernière, le PNUD a noué 74 nouveaux partenariats destinés à lutter contre les normes sociales et sexospécifiques discriminatoires.

Le Centre de documentation d’Europe du Sud-Est et de l’Est sur la lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre (SEESAC) est en train de modifier les perceptions des rôles sexospécifiques et de faire progresser l’égalité des sexes dans le cadre de la réforme du secteur de la sécurité dans les Balkans occidentaux.

L’initiative du PNUD Transforming the Future of Work for Gender Equality (Transformer l’avenir du travail au profit de l’égalité des sexes – en anglais) est mise en œuvre à titre pilote dans six pays d’Asie et du Pacifique afin d’explorer de nouveaux moyens innovants de valoriser les soins et travaux domestiques non rémunérés ; d’explorer des compétences dans le contexte de l’avenir du travail ; et de faire avancer de nouvelles façons de faire progresser l’égalité des sexes sur le lieu de travail.

Enfin, l’initiative Spotlight – un partenariat pluriannuel global entre les Nations unies et l’Union européenne – s’efforce d’éliminer toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles.

Conformément à l’agenda visionnaire de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing, le PNUD continuera à travailler en étroite collaboration avec la famille des Nations Unies, en particulier ONU Femmes, pour aider à faire progresser une nouvelle génération de lois, de politiques et de programmes novateurs visant à modifier les croyances et les pratiques discriminatoires afin de parvenir à l’égalité des sexes.

 

Achim Steiner, Administrateur,

Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD)

Bonne fête à toutes les femmes de Guinée, d’Afrique et du Monde

Salutations Cordiales

Bon début de Weekend

Unité de Communication du PNUD

White House, State Department, and U.S. African Development Foundation Announce Funding for the Academy for Women Entrepreneurs

02/20/2020 04:20 PM EST

Office of the Spokesperson

Today, Advisor to the President Ivanka Trump announced a new partnership in support of the White House-led Women’s Global Development and Prosperity Initiative (W-GDP).  The partnership between the U.S. Department of State’s Bureau of Educational and Cultural Affairs (ECA) and the U.S. African Development Foundation (USADF) will expand the Academy for Women Entrepreneurs (AWE).

AWE was created in 2019 and launched in 26 countries around the world to support W-GDP, which aims to economically empower 50 million women in the developing world by 2025.

“W-GDP is the first ever whole-of-government approach to women’s economic empowerment, developed intentionally to inspire collaboration on best programs and partnerships,” said Advisor to the President Ivanka Trump. “I am proud to see the State Department and U.S. Africa Development Foundation partner together to expand the Academy for Women Entrepreneurs (AWE) in support of W-GDP. W-GDP is focused on scaling programs that will have maximum impact for women and communities around the world.”

In 2020, to help achieve W-GDP’s goals, ECA is expanding AWE globally, doubling the number of countries to reach more women, and partnering with USADF in Africa on this important effort.

This new U.S. government interagency partnership will provide select AWE graduates in Africa with seed funding to start and scale their enterprises.  Beginning this year, through 2025, USADF will provide up to $10 million in grants to the most promising African AWE graduates.  In 2020, funding will be awarded to AWE graduates from the following countries: Ghana, Kenya, Nigeria, Rwanda, Senegal, South Africa, Tanzania, Uganda, Zambia, and Zimbabwe.

USADF believes Africa’s growth and prosperity will be driven by women.  In 2019, women social entrepreneurs and women-led enterprises constituted approximately 66% of USADF’s total investees.  USADF is partnering with the State Department on AWE to promote African women’s entrepreneurship and increase their access to capital, markets, technical assistance, and mentorship.

AWE supports Pillar 2 of W-GDP by providing women with the knowledge, skills, and networks needed to create sustainable businesses and enterprises.  Through an inclusive learning community and mentoring opportunities, women from around the world will explore the fundamentals of business, including creating business plans and raising capital, with the goal of building a better future for their families and communities across Africa and around the world.

For more information on AWE, visit: eca.state.gov/awe. For more information on W-GDP, visit: www.wgdp.gov/. Interested media should contact the Bureau of Educational and Cultural Affairs at eca-press@state.gov.