LA SEMAINE DU NUMERIQUE

Semaine du numérique

Le Chef de l’Etat préside la 4ème édition

Conakry, 11 juin 2019 – Le Président de la République, le Pr. Alpha Condé, a présidé ce mardi 11 juin 2019 au siège de l’ARPT (Autorité de régulation des postes et télécommunications) à Koloma, la 4ème édition de la semaine du numérique. « Notre révolution numérique », est le thème de cette édition.

C’est une initiative du ministère des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique qui vise à promouvoir et encourager l’entreprenariat par le développement de plateformes, services, solutions ou applications adaptés aux besoins réels et locaux.

Il s’agit aussi de favoriser la création d’emploi dans les secteurs porteurs de croissance pour le développement socio-économique rapide et durable de la Guinée d’ici 2030.

La présidente du comité d’organisation de la semaine du numérique, Aminata Kaba, a indiqué que cette initiative est le reflet des bonnes relations entre le département en charge de l’économie numérique et les structures intervenant dans ce secteur.

Pour cela, elle a souligné les efforts enregistrés dans le domaine du numérique sous l’ère Alpha Condé tels que le déploiement de la fibre optique, l’augmentation du taux de pénétration téléphonique.

Le ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Moustapha Mamy Diaby, a pour sa part fait savoir que le thème « Notre révolution numérique », résume l’ambition du Président de la République pour ce secteur.

De ce fait, il a précisé que sous les instructions du Chef de l’Etat d’importants efforts ont été déployés comme la construction des salles d’internet dans les établissements scolaires, universitaires et dans les centres d’appui à l’autonomisation des femmes et filles.

Le ministre Diaby a indiqué que l’ambition de son département est de permettre à chaque guinéen d’accéder à l’internet pour mieux contribuer au développement du pays.

Intervention qui a été suivie par la projection d’un film sur le développement du numérique en Guinée.

Pour le Président Alpha Condé, le taux d’accès à l’internet en Guinée est de 30% et en Afrique c’est 50% et que le déploiement de la fibre optique en Guinée est 8 fois inférieur à celui du Rwanda.

Le Chef de l’Etat a toutefois remarqué que la semaine du numérique a pris une dimension nationale et continue de gagner en supériorité tout en attirant les Guinéens et les Etrangers.

Le Président de la République a rassuré que son gouvernement s’emploie pour le développement du numérique pour impulser d’autres secteurs. C’est pourquoi, il s’est réjoui de l’inclusion de la nouvelle technologie dans l’agriculture permettant aux paysans d’acheter leurs engrais par internet.

Malgré tout, le Chef de l’Etat a souligné qu’en matière de numérique, il reste beaucoup à faire.

C’est pourquoi, il a invité les opérateurs économiques à s’intéresser à ce secteur et aux étudiants d’y accorder de l’importance.

Il s’est réjoui du fait que certains centres d’autonomisation des femmes soient dotés d’internet. Car selon lui, la gestion financière des femmes est plus crédible que celle des hommes et leur taux de remboursement de crédit en fait foi. Durant trois jours (du 11 au 14 juin) plusieurs activités sont prévues.

Au nombre desquelles, les tables rondes animées par des experts et professionnels sur les tendances technologiques ; la compétition « Innovation Days » pour les jeunes porteurs de projets ou de développements de solutions/applications ; les activités ludiques et compétition d’initiation au numérique ; le forum d’exposition pour la présentation de solutions et divers produits/services ; les ateliers interactifs de formation et d’apprentissage.

Le Bureau de Presse de la Présidence

Contacts : 664-87-96-59 – 628-18-15-57

mcisse@presidence.gov.gn

aboumaco2000@yahoo.fr

abdoulaye.sankara@presidence.gov.gn

aboumaco2000@gmail.com

DIX ANS DE REFORMES ONT PERMIS A LA GUINEE D’AMELIORER CONSIDERABLEMENT LES CONDITIONS DES FEMMES (RAPPORT BANQUE MONDIALE)  

DIX ANS DE REFORMES ONT PERMIS A LA GUINEE D’AMELIORER CONSIDERABLEMENT LES CONDITIONS DES FEMMES (RAPPORT BANQUE MONDIALE)  

Conakry le 7 mai 2019 – Dans un rapport publié par la Banque Mondiale récemment et intitulé « LES FEMMES, L’ENTREPRISE ET LE DROIT 2019 : UNE DÉCENNIE DE RÉFORMES », cette institution a tenté de mieux comprendre comment les discriminations juridiques entravent l’emploi et l’entrepreneuriat des femmes. Ainsi, durant les dix dernières années, elle a examiné des données en utilisant un indice fondé sur les décisions économiques prises par les femmes tout au long de leur vie professionnelle.

Dans ce rapport, notre pays se démarque particulièrement sur les questions relatives aux Prestations de retraite et à la Gestion d’entreprise en recueillant le maximum de points possibles (100) se classant ainsi parmi les meilleures nations au monde sur ces thématiques.

Pour le premier indicateur, il s’agit d’un indicateur qui évalue la législation influençant le montant des prestations de retraite des femmes; tandis que le second indicateur analyse les entraves à la création et à la gestion d’entreprise pour les femmes.

D’autres points positifs sont également à souligner dans ce rapport pour notre pays, notamment en ce qui concerne une facilité d’accès à l’emploi et de bonnes conditions de rémunération pour les femmes (indice 75 sur 100).

Toutefois, le rapport souligne d’importantes contraintes juridiques liées au mariage (indice 20 sur 100).

Pour consulter l’intégralité du rapport>>http://pubdocs.worldbank.org/en/932751554903459745/WBL-DECADE-OF-REFORM-2019-French-WEB.pdf

La Cellule de Communication du Gouvernement

 

DÉVELOPPEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE : LE GOUVERNEMENT MULTIPLIE LES EFFORTS POUR PROMOUVOIR LA DESTINATION GUINÉE

DÉVELOPPEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE : LE GOUVERNEMENT MULTIPLIE LES EFFORTS POUR PROMOUVOIR LA DESTINATION GUINÉE

Conakry, le 03 juin 2019 – Conformément aux recommandations du Président de la République Alpha Condé, les membres du Gouvernement poursuivent leur grand oral face aux journalistes. Cet exercice qui s’inscrit dans le cadre d’une série de comptes rendus relatifs aux activités du Gouvernement, permet depuis le début de l’année à chaque membre de l’équipe gouvernementale de partager avec l’ensemble de la population la vision et le programme de développement élaborés depuis 2010.

Ce lundi, c’était au tour du ministre en charge de l’Investissement et des Partenariats Publics Privés de se prêter à cet exercice voulu par le Chef de l’Etat Alpha Condé.

D’entrée de jeu, le ministre Gabriel Curtis a précisé que continuer à promouvoir les investissements pour assurer le développement socio-économique de la Guinée, est une priorité du Gouvernement qui se matérialise par la création d’un ministère transversal avec une mission claire et des objectifs précis. Cette mission consiste pour son département, à promouvoir les investissements privés et les partenariats publics privés inscrits dans le cadre Plan National de Développement Economique et Social 2016 – 2020 en collaboration avec le ministère du Plan et du Développement Économique.

Poursuivant, le ministre en charge des Investissement et des Partenariats Publics Privés dira qu’améliorer les conditions d’attraction des investissements nationaux et étrangers, tout en appliquant une politique de veille à l’amélioration de la compétitivité du pays pour accroître l’attractivité des investissements directs étrangers ont été réalisés, tout comme la poursuite de la contribution à l’application de la loi Partenariat Public Privé.

Pour maintenir le cap dans le cadre des investissements, le département à éventuellement créé un incubateur à Conakry et 7 pépinières régionales, en se penchant sur la lutte contre la corruption, le détournement des derniers publics et la fraude pour restaurer l’image et la crédibilité de l’Etat. Ce afin de veiller à la promotion des composantes à haute intensité de main d’œuvre dans tous les programmes et projets publics privés pour favoriser la création d’emploi pour les jeunes et améliorer leurs conditions de vie.

Abordant la question de la matérialisation de la croissance, le ministre Gabriel Curtis a rappelé que depuis 2010, la Guinée a attiré un nombre record d’investissements directs étrangers dont la majorité est concentré dans le secteur minier avec 7 milliards d’investissements USD.  À l’instar du secteur minier, d’autres secteurs importants pour le développement ont fait preuve d’attraction et d’investissements dont les industries, le tourisme et l’hôtellerie où 1800 milliards GNF investit dans l’hôtellerie de 2010 à 2018 avec 2 799 lits en 2018 contre moins de 500 lits en 2010. 150.000 touristes annuellement en moyenne aujourd’hui contre seulement 46.000 avant 2010 affirme le ministre en charge des Investissements et des Partenariats Publics Privés.

Dans le secteur des technologies de l’information et de la communication, entre 2010 et 2018 le Gouvernement a investi selon le ministre Gabriel Curtis, 3.073 milliards GNF soit 337 millions de dollars US dans les TIC et la construction du backbone nationale par fibre optique. Dans le domaine de l’énergie, la construction du barrage hydroélectrique de Kaléta à hauteur de 500 millions USD et celui de Souapiti à 1,6 milliards USD.  Au niveau des infrastructures, la modernisation de l’aéroport international et l’agrandissement du port autonome de Conakry de 88,7 hectares et la construction ou la réhabilitation des routes nationales et voiries urbaines ainsi que la construction des ponts précise-t-il.

Pour finir, le ministre en charge des Investissements et des Partenariats Publics Privés a mentionné que plus de 112, 67 millions USD ont été également investit dans le secteur de l’industrie entre 2010 et 2018 et le recensement de 74 nouvelles unités de production contre 59 crées avant 2010. S’agissant du secteur Bancaire et de l’Assurance, 12 banques existant avant 2010 dont 17 aujourd’hui pour 90,4 millions USD investit dans le secteur entre 2010 et 2018 conclu-t-il.

 

La Cellule de Communication du Gouvernement

1 AN DU GOUVERNEMENT KASSORY FOFANA :”ACQUIS, DEFIS ET PERSPECTIVES”  RETOUR SUR LA PRESENTATION DU PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT.

1 AN DU GOUVERNEMENT KASSORY FOFANA :”ACQUIS, DEFIS ET PERSPECTIVES”

 RETOUR SUR LA PRESENTATION DU PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT.

Conakry, le 30 mai 2019 – Mesdames et Messieurs les journalistes,

Je vous remercie d’avoir répondu si nombreux à cette conférence de presse, que je consacre au bilan de ma première année à la tête du Gouvernement.

En cette circonstance, je voudrais réitérer ma profonde reconnaissance, à Son Excellence Monsieur le Président de la République, Professeur Alpha Condé, pour m’avoir donné l’opportunité de servir mon pays dans ces hautes fonctions de Premier Ministre, Chef de Gouvernement de la République.

Je voudrais lui redire également mes remerciements pour la confiance et l’appui constants qu’il m’accorde dans l’accomplissement de ma mission.

Je voudrais lui renouveler, ici, mon engagement et mon soutien indéfectible.

C’est pour moi un immense plaisir et aussi un agréable devoir d’être devant vous ce matin.

En effet, le Chef de l’Etat a souhaité que le Gouvernement dont il m’a fait l’honneur de conduire l’action soit proche du peuple, et toujours présent sur le terrain.

Il a aussi recommandé que ce Gouvernement de sensibilité et d’aspiration populaire ne se détourne pas de l’opinion, en faisant l’effort d’expliquer l’action qu’il mène, au quotidien, sous sa direction pour répondre aux attentes de nos concitoyens et combler leurs espoirs.

L’expérience a montré que Monsieur le Président de la République a raison, car chaque fois que l’opinion est bien informée, elle comprend mieux ce qui est fait, et est plus prompte aussi à y adhérer pour le bien de notre pays.

Vous êtes en votre qualité de journalistes, les témoins de notre temps, comme nous sommes, en notre qualité de gouvernants, les acteurs aujourd’hui d’une histoire qui s’écrit, chaque jour, avec le Professeur Alpha Condé dont nous partageons la vision et l’ambition pour la Guinée.

C’est l’occasion de vous dire que tous les ministres et moi-même ainsi que tous ses collaborateurs sommes honorés par la confiance placée en nous, individuellement et collectivement.

Mesdames et Messieurs,

L’exercice auquel je vais me livrer avec vous, relève d’un devoir républicain de reddition des comptes auquel est assujettie toute personne détenant l’autorité publique.

Je voudrais faire noter que le présent bilan s’inscrit dans le cadre des orientations de Son Excellence Monsieur le Président de la République, en droite ligne avec sa vision pour une Guinée émergente et prospère, une Guinée maîtresse de son destin, garantissant le bien-être des générations présentes et futures.

Vous vous souviendrez Mesdames et Messieurs les journalistes qu’à ma prise de fonctions, je me suis engagé le 27 juin 2018 devant la représentation nationale à travailler sur un certain nombre de préoccupations essentielles des populations. Il s’agit, entre autres:

  • du dialogue politique et social ;
  • de l’amélioration de la gouvernance avec un accent sur la lutte contre la corruption et l’impunité ;
  • de la sécurité, la paix et la quiétude sociale ;
  • de la croissance et de la stabilité économique ;
  • de la répartition inclusive de la richesse nationale, ce qui est convenu d’appeler le partage équitable de la prospérité ;
  • de l’emploi jeunes et l’autonomisation des femmes ;
  • de l’assainissement et de la salubrité publique ;
  • du développement des infrastructures socio-économiques de base (énergie, routes, télécommunications, logements sociaux, etc.) ;
  • des initiatives présidentielles visant le développement de l’agriculture à travers les filières à valeur ajoutée ;
  • du recentrage des objectifs de la diplomatie guinéenne.

Mesdames et Messieurs,

Gouverner c’est décider et agir, mais c’est également devoir rendre compte.

Je voudrais m’atteler à cet exercice dans un langage franc, ouvert et direct sur les acquis, les défis et les perspectives de l’action gouvernementale.

A cet égard, il est bon de rappeler la situation de départ dans laquelle nous nous trouvions au moment de ma nomination le 21 mai 2018.

Le contexte socio-politique était marqué par des crises récurrentes et paralysantes: protestations et manifestations des partis politiques, de la société civile, des syndicats avec pour corollaire une atmosphère d’angoisse et d’insécurité généralisée.

Le contentieux issu des élections communales a mis à mal le dialogue politique et exacerbé les tensions.

Cette atmosphère délétère a porté un coup dur aux activités économiques et menaçait la paix sociale et la stabilité des institutions.

Vous comprendrez des lors, avec le soutien actif du Chef de l’Etat, la priorité que j’ai donnée à la relance du dialogue politique et social avec les institutions républicaines, la classe politique, la société civile et les syndicats.

Vous comprendrez aussi l’urgence accordée aux questions de sécurité pour garantir l’ordre public et la quiétude des citoyens.

Le nouveau contexte socio-politique ainsi apaisé, a permis d’engager des actions hardies pour assurer la stabilité macroéconomique alors éprouvée.

C’est ainsi que nous avons pu remettre sur les rails le programme économique et financier de la Guinée avec les institutions de Bretton Woods.

Aujourd’hui, le taux moyen annuel de croissance est à deux chiffres sur la période 2016-2018, et se situe à 10,2%.

Cela est le fruit d’une gouvernance économique et financière saine, marquée par une stabilité des indicateurs macroéconomiques, une amélioration constante de l’environnement des affaires et un bon niveau de mise en œuvre du Plan National de Développement Economique et Social 2016-2020.

La croissance a été notamment portée par le secteur minier, affichant une production de la bauxite en hausse constante et par le secteur de l’agriculture qui a bénéficié des retombées des initiatives présidentielles sur les filières à forte valeur ajoutée.

Mesdames et Messieurs, 

Sur le plan de l’amélioration de la gouvernance, nous avons engagé la lutte contre la corruption et l’impunité.

A ce titre, le cadre institutionnel de lutte contre la corruption a été restructuré et renforcé.

Les corps de contrôle à travers l’Inspection d’Etat, l’Inspection des Finances et des ministères sectoriels, ont été réactivés.

Les premiers résultats issus des audits menés ont donné lieu à un début de sanctions des fonctionnaires incriminés, avec des poursuites judicaires sanctionnées par des condamnations.

Vous savez, les réformes sont difficiles à mener en Guinée, mais nous restons fidèles à nos engagements et nous ne ménagerons aucun effort à poursuivre cette lutte essentielle pour le pays.

C’est un combat qui requiert la conjugaison d’efforts de tous, y compris la police pour les investigations, de la presse pour l’information objective des citoyens et de la justice pour l’application rigoureuse de la loi.

Je vous réitère ma détermination sans faille et mon engagement inébranlable soutenus par une volonté politique affirmée du Chef de l’Etat à continuer cette campagne sans relâche et jusqu’au bout.

Ce n’est pas le travail d’un jour ou une action qu’un homme seul peut réussir, la pratique étant très ancienne et ancrée dans les mœurs, les résistances aussi sont réputées nombreuses et fortes.

Vous, les journalistes, qui formez et façonnez l’opinion, je sais que vous militez pour que la Guinée soit ‘’ gouvernée autrement’’ et vous êtes engagés, sous l’emprise de votre fibre patriotique, à soutenir les réformes dans notre pays : c’est tout à votre honneur! Car la Guinée est un pays où le changement de comportement et de mentalités est un défi permanent.

Mesdames et Messieurs,

Au-delà des efforts visant la stabilité macroéconomique, la sécurité, la paix et la quiétude sociale, nous avons entrepris conformément aux orientations du Président de la République la transformation structurelle de l’économie guinéenne.

Il s’agit tout en préservant les fondamentaux économiques, de garantir une croissance de qualité, c’est-à-dire une croissance forte, inclusive et durable.

En d’autres termes, il s’agit de traduire les performances économiques de la gouvernance du Professeur Alpha Condé, en réalités tangibles dans le quotidien des Guinéens.

A ce titre, les initiatives entreprises sont nombreuses et les résultats déjà perceptibles.

Une première initiative porte sur le projet novateur du Chef de l’Etat qui affecte 15% des revenus miniers au financement du développement des collectivités locales, avec pour organe d’exécution l’Agence Nationale de financement des collectivités- ANAFIC.

C’est un programme ambitieux, de plus de 700 milliards de Francs Guinéens visant à impulser une dynamique de développement économique à la base, en créant des emplois et en stimulant l’entreprenariat des jeunes et des femmes sur toute l’étendue du territoire national.

Dans les semaines à venir et ce sur l’ensemble des 342 communes urbaines et rurales, plus de 700 projets d’infrastructures mobiliseront près de 700 PME et près de 500 jeunes encadreurs pour le suivi des projets.

Une deuxième initiative porte sur l’inclusion économique, financière et sociale, visant à extraire de l’extrême pauvreté 40% des Guinéens à l’horizon 2025, soit 5 000 000 de nos concitoyens.

D’ores et déjà, nous avons mobilisé 104 millions de dollars de la Banque mondiale, de la Banque Africaine de Développement et du Budget National de Développement.

L’objectif est de démarrer, dès le dernier trimestre de cette année, un programme pilote portant sur les transferts monétaires et les travaux à haute intensité de main d’œuvre sur un échantillon de 400.000 personnes vulnérables.

La soutenabilité d’un tel programme requiert un effort de mobilisation accrue de ressources internes.

Une troisième initiative portant sur la Mission d’Appui à la Mobilisation des Ressources Internes, la MAMRI, répondra à cette préoccupation.

Il s’agit de relever le niveau actuel de collecte des ressources internes de 13,5% à au moins 20% du PIB, conformément aux recommandations de la conférence d’Addis-Abeba sur le financement du développement.

Une quatrième initiative concerne l’amélioration du cadre de vie des guinéens. Elle vise la mise en place d’une politique ambitieuse de logements sociaux.

La création de l’Agence Guinéenne pour le Financement de Logement (AGUIFIL) a été sanctionnée par un décret la semaine dernière.

D’ores et déjà un accord tripartite a été conclu entre la Banque Centrale, l’Association Professionnelle des Banques et le Gouvernement pour le financement du logement social.

Un projet pilote de 5000 logements est sur le point d’être lancé.

Un fonds de garantie hypothécaire a été créé à l’effet de soutenir ce programme d’habitat social, lequel bénéficie d’une provision budgétaire à hauteur de 25 milliards GNF cette année.

Une cinquième initiative concerne une stratégie globale pour l’emploi et l’entreprenariat en Guinée, notamment en faveur des jeunes et des femmes.

A cet égard environ 300 millions de dollars des Etats-Unis d’Amérique sont déjà négociés et conclus avec différents bailleurs de fonds dont entre autres, l’Union européenne, la Banque mondiale et la Société Financière Internationale, les agences spécialisées du système des nations unies , la BID, l’AFD et la BAD.

Cette initiative a pour cible plus de 200 milles jeunes et femmes à travers tout le pays.

D’autres initiatives sont en cours de formulation en faveur de l’appui et du financement de l’entreprenariat de masse afin de toucher un plus grand nombre de jeunes et de femmes.

Une sixième initiative concerne un vaste programme de réalisation d’infrastructures socioéconomiques avec:

La réhabilitation des voiries urbaines de Conakry, Labé, Dalaba, Pita, Mamou, Siguiri, Guéckédougou et le lancement d’importants chantiers sur les axes de l’intérieur du pays (Coyah-Faramoyah, Coyah-Mamou-Dabola, Dabola-Cissela-Kouroussa, Guéckédougou-Kondébadou, etc.).

L’amélioration du transport urbain de Conakry avec la relance du train Conakry Express et la mise en circulation d’une centaine de bus.

La redynamisation de la politique en matière d’assainissement avec l’adoption d’une nouvelle stratégie, la mobilisation d’un financement auprès de l’UE et de la BID d’environ 100 millions de dollars. Cela a déjà permis de procéder au recrutement de deux opérateurs de référence internationale pour la collecte, le transfert des déchets et la gestion de la décharge publique mais aussi de lancer l’acquisition d’importants équipements ainsi que la construction de nouvelles infrastructures.

Une autre initiative concerne la politique de promotion du contenu local. L’enjeu est la GUINEISATION de l’économie et de l’emploi pour permettre aux guinéens de profiter pleinement des retombées de la croissance économique.

Pour garantir la mise en œuvre de cette initiative, il me plait d’annoncer la mise en place très prochaine à la Primature d’un Observatoire National du Contenu Local dont le financement est en négociation avancée dans le cadre de la coopération bilatérale avec les Emirats Arabes Unis.

Mesdames et Messieurs,

Pour terminer, je voudrais souligner que cet exercice de bilan ne vise pas à montrer ou démontrer une sorte d’autosatisfaction.

En effet, les défis restent encore nombreux pour répondre aux attentes légitimes des populations et espérer inscrire résolument la Guinée dans une dynamique de développement économique et sociale durable.

Devant l’immensité de ces défis et les attentes pressantes des populations, il y a un choix devant lequel je n’hésiterai jamais: celui de se complaire dans le confort de l’inaction ou de courir le risque de s’exposer aux critiques et aux nombreuses hostilités.

Comme Georges Pompidou, ‘’ je préfère l’impopularité à l’irresponsabilité’’, parce qu’il reste possible de changer son image et de convertir l’opinion, à notre époque, mais, on l’a vu dans l’histoire, combien de fois il est impossible parfois de rattraper des erreurs liées à l’hésitation des dirigeants pendant les heures graves de la vie des nations.

Ce bilan et ces perspectives traduites dans les initiatives en cours s’inscrivent dans la vision du Président de la République pour l’avènement d’une Guinée émergente.

En visionnaire averti et en homme d’actions pressé, le Professeur Alpha Condé multiplie les initiatives et engage sans répit mon Gouvernement à réaliser tous ces chantiers ambitieux.

Il n’y a pas de monde parfait, mesdames et messieurs les journalistes, et nous ne prétendons pas pouvoir tout faire ou contenter tout le monde, mais le Chef de l’Etat, nous engage tous, sous son impulsion, à changer avec lui la Guinée et l’image de la Guinée et à contribuer du mieux que nous pouvons à faire le bonheur et la prospérité de tous les Guinéens, sans exception.

C’est le choix que nous avons fait.

C’est l’espérance que nous partageons avec vous aujourd’hui.

Mesdames et Messieurs,

Je suis à votre disposition pour la séance des questions sur l’ensemble de ces thématiques, et bien sûr, sur d’autres que je n’ai pas évoquées.

Je vous remercie.

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement 

 

DECLARATION DE SON EXCELLENCE MADAME LA MINISTRE DE LA COOPERATION ET DE L’INTEGRATION AFRICAINE A L’OCCASION DU QUARANTE-QUATRIEME ANNIVERSAIRE DE LA CEDEAO, LE 28 MAI 2019

Conakry le 28 Mai 2019 – Chères Concitoyennes,chers concitoyens Mesdames et Messieurs,

En ce mois saint de Ramadan , nous avons célébré dignement l’Europe et l’Afrique un peu plus tôt, il est temps aujourd’hui de célébrer notre extraordinaire organisation sous régionale: la CEDEAO;

Le 28 Mai 1975, les Chefs d’État et de Gouvernement des pays de la sous- région ouest africaine posaient en visionnaires, un acte de foi en l’avenir, en créant à Lagos, au Nigeria, la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest, la CEDEAO.

Au quarante quatrième anniversaire de cette date historique, force est de constater que la vision des Pères fondateurs de notre Organisation est devenue, au fil des ans, une réalité dont la consolidation se poursuit, dans tous les domaines d’activités de la vie socio-économique et politique des pays membres.

La célébration de cet anniversaire placé sous le signe du « passage de la CEDEAO des États à la CEDEAO des Peuples à l’horizon 2020 », offre l’opportunité de dresser un bilan et de dégager les perspectives de la CEDEAO, dans l’optique de consolidation des acquis de la communauté.

Au cours de ces quarante-quatre années, d’importants chantiers ont été réalisés ou entamés sur le difficile chemin de l’intégration économique des États membres.

A cet égard, un certain nombre de programmes et de projets, objets de différents protocoles, Conventions et autres textes communautaires, méritent d’être évoqués :

– La libre circulation des personnes et des biens, le droit de résidence et d’établissement dans l’espace CEDEAO dont le Protocole a été adopté en 1979 sont désormais consacrés pour tous les citoyens de la Communauté. Ce Protocole a permis de voyager sans visa dans la région et d’adopter le Passeports de la CEDEAO en 2000, ainsi que la mise en service de la Carte d’identité biométrique de la CEDEAO en 2017. Les importants projets d’infrastructures engagés dans les domaines routiers, ferroviaires et aériens devraient aussi permettre une meilleure circulation des personnes et des biens dans l’espace CEDEAO ;
– la création d’un marché commun, étape essentielle ouest , offre aux partenaires un espace de plus de 300 millions de consommateurs et augmente ainsi l’attractivité des pays
– Le Mécanisme de Surveillance Multilatérale qui vise la réalisation de la monnaie unique , dans le cadre du Programme de Coopération Monétaire de la CEDEAO, mérite d être mentionné
– La Politique Agricole de la CEDEAO a conduit à la formulation et à la mise en œuvre, au niveau national, des Programmes Nationaux d’investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle,
– L’agenda 2020 adopté le 10 Juillet 2014, est consacré au développement socio-économique à moyen et long terme de la régions qui consacre plus de 242 projets intégrateurs y compris dans les domaines de l’énergie et des transports.

La CEDEAO offre un cadre approprié pour La lutte contre le Blanchiment d’Argent et la lutte contre le Financement du Terrorisme, avec la mise en place du Groupe Intergouvernemental Appelé GIABA , conformément aux meilleurs normes et pratiques internationalement admises,
L’équité de Genre est au cœur des activités du Centre de la CEDEAO pour le Développement du Genre qui consacre non seulement l’égalité de genre mais également le renforcement de capacités des Femmes,
Le maintien de la paix et de la sécurité régionale, notamment le climat sécuritaire de la région s’est amélioré et l’ancrage démocratique des États consolidé. .En quarante-quatre années d’existence, la CEDEAO s’est assurément affirmée comme l’une des Initiatives de regroupement interétatique la plus pertinente en Afrique, en dépit de nombreux obstacles auxquels elle a été confrontée.

Fidèle à son engagement aux côtés des pays frères de la Communauté, et , sous le leadership généreux et panafricaniste de SEM le Président de la République, Le Professeur Alpha Condé , La Guinée s’emploie à contribuer à la réalisation des objectifs communautaires, en s’investissant dans la recherche de solutions face aux défis qui interpellent la région, en s’inscrivant résolument sur la voie de l’émergence, au bénéfice des populations, conformément à la Vision 2020 de la CEDEAO.

Avec détermination et humilité nous contribuons au maintien de la paix et des processus démocratiques dans la sous region et dans notre pays , en favorisant un dialogue national permanent.

Le Gouvernement, a travers les départements sectoriels travaille d’arrache- pieds pour faire de la CEDEAO des États la CEDEAO des peuples

Je suis fière de mentionner la jeunesse CEDEAO très active en Guinée, qui sans grand moyen , œuvre inlassablement pour renforcer l’intégration de la jeunesse sous- régionale

Chères concitoyennes , cher concitoyens Mesdames et Messieurs

La Guinée est un modèle de référence au sein de la CEDEAO, et plus que jamais, reflète l’intégration de notre sous- région et facilite notre circulation.

Et nous, en Guinée nous sommes fiers de notre organisation sous régionale qui est dynamique et porteuse d’espoir

C’est l’occasion de réaffirmer avec fermeté l’engagement de la Guinée en faveur de l’intégration régionale

C’est aussi l’opportunité pour nous de remercier nos partenaires internationaux tel que l’Union Européenne, et le Système des Nations Unies qui appuient sans relâche généreusement notre organisation.

 

Vive la CEDEAO des Peuples, Vive l’Intégration Africaine,

Je vous remercie de votre aimable attention

 

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU16 MAI 2019

Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des Ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi, 16 Mai 2019, de 10h à 12h, selon l’ordre du Jour suivant :

I. MESSAGE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

II. COMPTE RENDU DES SESSIONS ORDINAIRES DU CONSEIL INTERMINISTERIEL DU 30 AVRIL DU 7 MAI ET DU 14 MAI 2019

III. QUESTIONS DIVERSES

Au titre du premier point de l’ordre du jour

Le Chef de l’Etat a adressé en son nom et en celui de l’ensemble du Gouvernement ses vives félicitations et ses encouragements à l’équipe nationale junior cadet, finaliste de la CAN U17 qui a remporté la Médaille d’argent en Tanzanie. Ses félicitations ont également été adressées à l’encadrement sportif et aux autorités du Ministère des Sports, de la Culture et du Patrimoine Historique

Le Président de la République a confirmé ses instructions relatives à la réalisation d’un audit complet du secteur énergétique afin d’en établir un diagnostic détaillé et définir les grands axes stratégiques de développement de ce secteur

Le Président a donné des directives aux départements financiers (Ministère de l’Economie et des Finances, Ministère du Budget et Banque Centrale de la République de Guinée) en vue de la priorisation, dans l’exécution des dépenses publiques, des secteurs sociaux afin de leur permettre d’impacter positivement et rapidement sur les conditions de vie de la majorité des citoyens

Le Chef de l’Etat a instruit les Ministres en charge des Transports et du Budget de diligenter les opérations de mise en place de la compagnie de transport aérien de droit guinéen Guinée Airlines en procédant, notamment, à la libération de la quote part de l’Etat dans le capital de cette Société en voie de constitution

Appréciant les progrès déjà accomplis dans ce domaine, Le Président de la République a instruit les départements concernés de concevoir et de mettre en œuvre un programme de réduction de l’inflation pour la ramener à un niveau encore plus bas que celui atteint ces dernières années dans le but de préserver le pouvoir d’achat des consommateurs guinéens

Le Chef de l’Etat a rappelé aux Ministres en charge du Budget et des Finances l’urgence de la mise en exécution des textes d’application du Code des Marchés publics afin de permettre l’application des nouvelles procédures de passation des marchés publics

Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, Monsieur le Premier Ministre a fait le compte rendu des sessions ordinaires du Conseil Interministériel tenues les 30 avril, 7 mai et 14 mai 2019.

Le Conseil a entendu successivement

Le Ministre de l’environnement et des Eaux et Forêts qui a soumis pour examen le projet de Loi portant nouveau Code de l’Environnemnt

Le Ministre a indiqué que l’objectif de la réactualisation du Code de l’environnement est d’établir les principes fondamentaux destinés à promouvoir le développement durable, gérer et protéger l’environnement et le capital naturel contre toute forme de dégradation.

Le Ministre a précisé que les limites constatées du Code en cours datant de 1987 sont corrigées dans le présent Code et concernent entre autres :

  • Les principes de territorialité, de précaution, de non-régression ;
  • La prise en compte du transfert des compétences environnementales aux collectivités locales, comme prévu par le Code des collectivités locales ;
  • L’intégration des nouveaux enjeux mondiaux tels que les changements climatiques, la biosécurité, les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique et l’économie verte ;
  • Le renforcement de certaines sanctions.

Il a indiqué que la nouvelle mouture du Code de l’Environnement prend en compte les Objectifs du Développement Durable, les principes environnementaux en vigueur à l’Union Africaine et à la CEDEAO, les directives des Organismes des bassins fluviaux dont la Guinée est membre actif.

Le Ministre a rappelé que les droits coutumiers et les pratiques traditionnelles, le genre, l’écotourisme, la transition vers l’économie circulaire et le capital naturel, ont été également prise en compte.

Au terme de l’exposé, le Conseil a adopté le projet de Loi portant Code de l’Environnement.

La Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance qui a soumis pour examen, en seconde lecture, deux projets de Lois :

  • Le premier portant sur la Mutualité Sociale en République de Guinée.

Elle a rappelé que depuis 2017, la Guinée dispose d’une politique nationale de protection sociale. Celle-ci met l’accent sur la nécessité d’en diversifier les outils, dont les mutuelles sociales.

La Ministre a souligné que de nos jours, il y a une nécessité d’harmoniser la législation nationale en matière de Mutualité Sociale avec celles des pays de la CEDEAO et de l’Union Africaine en vue d’améliorer le taux de couverture sociale des populations.

Les mutuelles servent à assurer :

  • La prévention des risques sociaux liés à la personne et la réparation de leurs conséquences ;
  • La protection de l’enfance, de la famille, des personnes âgées ou handicapées ;
  • Le développement culturel, moral, intellectuel et physique de leurs membres et l’amélioration de leurs conditions de vie.

Elle a précisé que le présent projet de loi fixe les principes fondamentaux régissant la mutualité sociale en République de Guinée.

Au terme des débats, le Conseil a adopté le projet de Loi tout en demandant l’élaboration de ses textes d’application dans de brefs délais

° Le second portant sur la Promotion et la Protection des droits des personnes atteintes d’albinisme en République de Guinée.

La ministre a indiqué que certains préjugés sociaux empêchent les personnes souffrant d’albinisme d’accéder facilement à des soins de santé adaptés, aux services sociaux, à une protection juridique et à la réparation en cas de violation de leurs droits.

La Ministre a soutenu que face à cette situation, le Ministère en charge de l’Action Sociale en collaboration avec de nombreux autres acteurs, ont entrepris plusieurs activités en faveur des victimes. Ces multiples efforts semblent insuffisants face aux besoins exprimés et à l’absence d’un cadre juridique approprié.

D’où le présent projet de loi qui vise à garantir l’inclusion, l’égalité des chances en faveur des personnes atteintes d’albinisme, la protection et la promotion de leurs droits contre toutes formes de discrimination et de stigmatisation.

Au terme des débats, le Conseil a décidé de l’approbation du projet de Loi et recommandé l’élaboration dans les meilleurs délais de ses textes d’application

Le Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle et de l’Emploi qui a fait une communication relative aux préparatifs de la 108ème session de la Conférence Internationale du Travail (CIT), du 10 au 21 Juin 2019 à Genève (Suisse).

Il a indiqué que dans le cadre des préparatifs de la 108ème session de la Conférence Internationale du Travail (CIT), chaque pays membre a été invité à organiser des dialogues tripartites nationaux sur le rapport de la commission mondiale sur l’avenir du travail, avant son adoption par la conférence prévue du 10 au 21 Juin 2019 à Genève (Suisse).

Le Ministre a annoncé que c’est dans cette perspective que le Département en charge du Travail a initié depuis plusieurs semaines des séries de rencontres avec l’ensemble des partenaires sociaux (Syndicat, Patronats) avec pour philosophie, une démarche inclusive.

Il a enfin informé de la solennité de cet évènement planétaire, en raison du caractère exceptionnel de cette session 2019 qui coïncide avec la célébration du centenaire de l’OIT à laquelle plusieurs Chefs d’Etat prendrons part.

Le Conseil a soutenu la participation de notre pays à cette session de la Conférence Internationale du Travail (CIT)

Le Ministre de l’Economie et des Finances a soumis pour examen en seconde lecture le projet de Décret portant Régime Juridique des Comptables Publics.

Il a souligné qu’à date, le régime juridique des comptables publics n’a pas encore fait l’objet d’une initiative gouvernementale en matière règlementaire en dépit des lourdes responsabilités qui caractérisent l’exercice de la fonction de comptable public.

Le Ministre a expliqué que la fonction comptable est fragilisée en raison du défaut de prestation de serment devant la Cour des Comptes et la constitution des cautions avant l’exercice de la profession.

Il a soutenu que pour corriger et combler le vide, la Loi Organique Relative aux Lois de Finances de 2012 et le Règlement Général sur la Gestion Budgétaire et la Comptabilité Publique du 15 janvier 2013 ont rappelé, dans le cadre des réformes et de la modernisation de la gestion publique, les responsabilités des comptables publics et les sanctions qu’ils encourent dans l’exercice de leurs missions.

Le Ministre a déclaré que le présent régime juridique prend en compte aussi bien les dispositions législatives et réglementaires encadrant la gestion publique en Guinée que les bonnes pratiques des pays disposant déjà de régimes juridiques.

Au terme des débats, le Conseil a adopté le projet de Décret portant Régime juridique des comptables publics

Le Ministre des Transports a soumis pour examen deux projets de Décrets :

° Le premier fixant les Statuts de l’Office Guinéen des Chargeurs.

Il a indiqué que conformément aux Conseils des Chargeurs en Afrique, le Conseil Guinéen des Chargeurs (CGC) a pour objet de contribuer à la promotion du commerce extérieur de la Guinée en apportant toutes les facilitations et assistances multiformes aux chargeurs dans l’accomplissement de leurs missions.

Le Ministre a expliqué que la mission essentielle du Conseil des Chargeurs se résume comme suit :

  • La représentation équitable et la défense des intérêts des chargeurs publics et privés ;
  • Les relations avec les intervenants dans la chaîne des transports ;
  • La facilitation du suivi des marchandises ;
  • La gestion d’une banque de données sur les transports internationaux et nationaux ;
  • La mise en place des infrastructures de transport ;
  • La promotion de la compétitivité des exportations grâce à des initiatives visant à améliorer la chaîne de transport ;
  • La tenue des statistiques fiables dans le domaine des importations et exportations.

Le Ministre a également indiqué que les recettes de l’émission du Bordereau Electronique de Suivi des Cargaisons (BESC) constituent la principale ressource financière d’un Conseil des Chargeurs.

° Le second projet de Décret fixant les Statuts de l’Agence de la Navigation Aérienne (ANA).

 

Le Ministre a informé que depuis environ deux (2) décennies, les Directions de l’Aviation Civile rencontrent de nombreux problèmes pour la mise en œuvre des recommandations des audits de supervision de la sécurité de l’OACI, relayée par les Organismes Régionaux s’occupant de l’Aviation Civile.

Le Ministre a précisé que l’ANA a pour mission d’assurer la sécurité, la régularité et l’efficacité de la circulation aérienne ainsi que la gestion et l’exploitation des aérodromes domestiques, en République de Guinée

Dans son fonctionnement actuel et cela conformément à ses statuts, l’ANA n’est pas soumise au règlement général de la comptabilité publique. Sa comptabilité est cependant tenue selon les usages commerciaux conformément aux règles du système comptable OHADA (SYSCOHADA).

Le Ministre a noté que la principale ressource financière de l’ANA est la redevance terminale. Elle représente plus de 95% de ses revenus. Quant à la subvention d’équilibre, perçue du Budget National de Développement (BND), elle représente à peine 3% du chiffre d’affaires annuel de l’Agence.

Il a expliqué que face à cette situation, il était nécessaire de procéder à la mise en conformité des statuts de l’ANA au regard du cadre légal et règlementaire régissant l’organisation et le fonctionnement des Organismes publics en République de Guinée.

C’est en exécution de cet impératif, que ce présent projet de statuts harmonisés a été élaboré conformément aux dispositions de la loi L/2017/056/AN du 08 Décembre 2017, portant Gouvernance Financière des Etablissements et Sociétés Publics.

Au terme des débats, le conseil a adopté les deux projets de Décrets fixant les Statuts du Conseil Guinéen des Chargeurs (CGC) et de l’Agence de Navigation Aérienne (ANA)

Le Ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement a fait une communication relative au Rapport d’étape sur l’avancement des opérations d’assainissement de la Ville de Conakry.

Le Ministre a informé que dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de professionnalisation des déchets, un appel d’offre international a permis de recruter deux (2) opérateurs chargées d’une part de la pré-collecte jusqu’au transfert des déchets sur le site final de la minière, d’autre part de l’exploitation de la décharge de la Minière.

Il a annoncé que face au constat actuel de la salubrité de la ville de Conakry, le Département en charge de l’Assainissement est en manque d’équipements divers dont l’acquisition est nécessaire

Le Ministre a affirmé que la mobilisation de ces besoins vise à :

  • Éliminer l’ensemble des dépôts sauvages dans les 5 communes ;
  • Procéder aux curages des caniveaux et à l’enlèvement des produits de curages ;
  • Mettre en place l’équipe de balayage sur les principaux axes routiers des 4 autres communes ;
  • Mobiliser 24H/24 le parc automobile pour le transport des déchets solides ;
  • Mettre en place une brigade de contrôle des lieux assainis.

Il a informé que pour l’atteinte de ces objectifs, un programme intérimaire d’assainissement intégré de la ville de Conakry sur une durée de six (6) mois allant de Mai à Octobre 2019 a été élaboré et budgétisé par son Département

Le Ministre a sollicité l’accord du Gouvernement pour engager dans les meilleurs délais, des actions visant la mise en place d’un fonds destiné à pérenniser le financement de la gestion des déchets solides pour la ville de Conakry et celles de l’intérieur du pays.

Au terme de l’exposé, le Conseil a donné son soutien au Ministre et convoqué une réunion du Comité de Pilotage sur la professionnalisation des Déchets solides avec les Ministres en charge de l’Assainissement, du Plan, de la Coopération et de l’Administration du Territoire

Le Ministre de l’Economie et des Finances a fait une communication relative à la tenue des réunions statutaires de la Zone Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (ZMAO), du 25 juillet au 02 août 2019, à Conakry.

Il a souligné que les réunions statutaires tournantes dans les pays membres examinent principalement l’état de mise en œuvre et les résultats du Programme de Coopération Monétaire de la CEDEAO (PCM), adopté en 1987 et décliné en « Feuille de route du programme de monnaie unique » en 2009. Elles apprécient également, la stabilité des secteurs financiers, les systèmes de paiement de la zone et les taux de change.

Le Ministre a précisé que les participants aux réunions statutaires sont des cadres des ministères en charge des questions économiques, de l’intégration et du commerce des pays membres ainsi que des Banques Centrales de ces pays. Au moins 150 délégations représenteront les pays et institutions de la sous-région à l’événement.

Il a indiqué que les rencontres se dérouleront chronologiquement en trois phases : le Comité technique des experts, le Comité des Gouverneurs des Banques Centrales et le conseil de Convergence qui est une réunion Ministérielle. Ses rencontres sont présidées par le pays hôte.

Les réunions de la ZMAO seront précédées de celles de l’Agence Monétaire de l’Afrique de l’Ouest (AMAO) et du WAIFEM.

Au terme de l’exposé, le Conseil a donné son soutien au Ministre de l’Economie et des Finances et au Gouverneur de la Banque centrale pour la tenue des réunions statutaires de la ZMAO à Conakry, du 25 juillet au 2 Août 2019.

Le Ministre de l’Energie a fait une communication relative à l’Accord de financement entre la République de Guinée et l’Association Internationale de Développement (IDA) et la Convention de crédit entre la République de Guinée et l’Agence Française de Développement (AFD), relatifs au financement du « Projet d’Amélioration de l’Accès à l’Electricité en Guinée (PAEEG) ».

Il a rappelé qu’en plus du PNDES qui couvre tous les secteurs clés de l’économie guinéenne, un prospectus d’investissement a été élaboré pour l’accès à l’électricité 2016-2020, visant à doubler le taux d’accès à l’électricité de 18% actuellement, à 36% durant les cinq prochaines années en vue d’atteindre un accès universel d’ici à 2030. A cet effet une table ronde des donateurs a eu lieu à la mi-novembre 2017 à Paris, pour présenter le Prospectus d’Investissement et mobiliser environ 380 millions sur 645 millions de dollars pour la mise en œuvre du programme national d’accès à l’électricité.

Le Ministre a affirmé que le projet d’Amélioration de l’Accès à l’électricité en Guinée (PAAEG), conjointement financé par la Banque Mondiale et l’Agence Française de Développement (AFD), consiste à mettre en œuvre une partie de ce Programme d’accès à l’électricité à moindre coût de notre pays, sur la base d’une approche sectorielle.

Au terme de l’exposé, le Conseil a adopté la Convention de crédit et l’Accord de financement relatifs à ce projet.

Le Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation a fait un compte rendu sur le programme de lancement des projets d’infrastructures financés par l’ANAFIC ;

Il a rappelé que l’avènement de la 3ème République en 2010 a permis à la Guinée de mettre au cœur de ses nombreux projets et programmes une politique de décentralisation et de développement local à la satisfaction générale des populations.

Le Ministre a soutenu que c’est dans ce contexte que le Gouvernement vient de mettre en place un mécanisme pérenne de financement de la décentralisation en vue d’optimiser l’efficacité et de corriger les effets de dispersion des différents appuis financiers apportés aux collectivités locales. D’où la création de l’ANAFIC par Décret du 11 novembre 2017 pour la gestion exclusive de ce fonds.

Il a justifié que cet acquis mérite d’être connu et porté à la connaissance des communautés à la base.

C’est pourquoi, sous l’autorité du Premier Ministre, il a été jugé nécessaire d’organiser une mission gouvernementale dans les 4 régions naturelles du pays à l’effet d’informer les populations sur les acquis et les perspectives qui s’attachent au projet de développement économique et social du Président de la République.

Le Ministre a expliqué que la mission sera dirigée par un pool de Ministres dans chaque région naturelle du pays. Il a informé que l’objectif de la mission consiste à :

  • Procéder au niveau des collectivités locales à l’inauguration des infrastructures socio-économiques de base (Santé, Education, Agriculture, Electricité, Hydraulique villageoises etc.), avec l’appui des partenaires au développement, notamment le PACV3 ;
  • Procéder à la pose de la première pierre des infrastructures financées par l’ANAFIC ;
  • Informer les citoyens sur les acquis du Gouvernement de la 3ème République ;
  • Sensibiliser les populations sur l’entretien, la sauvegarde et l’utilisation efficiente des infrastructures mises à leur disposition ;
  • Faire passer un message de paix, d’unité nationale, de quiétude sociale et de sécurité.

Le Ministre a annoncé qu’à la fin de la mission, un rapport synthèse sera élaboré à la haute attention de Son Excellence Monsieur le Président de la République.

 AU TITRE DES QUESTIONS DIVERSES

Le Ministre en charge de l’Enseignement Supérieur a informé que notre compatriote Dr Sékou Traoré, spécialiste en Génie chimique à l’Université Gamal Abdel Nasser, a remporté le prix de champion mondial 2019 de la Boue Rouge.

Le Conseil a apprécié cette performance qui consacre le génie guinéen et adressé ses félicitations à l’intéressé

Avant de lever la séance, Monsieur le Président de la République a donné au Conseil de larges informations sur la situation nationale, africaine et internationale

 

LE CONSEIL DES MINISTRES

L’Ambassade de Guinée à Washington a ouvert ses portes au public américain le samedi 4 mai

L’Ambassade de Guinée à Washington a ouvert ses portes au public américain le samedi 4 mai

A l’occasion de la journée Portes Ouvertes des Ambassades, DC Passport, l’Ambassade de Guinée à Washington a chaleureusement accueilli le 04 mai dernier plus d’un millier de personnes, visiteurs, touristes venus des différents Etats des USA.

Cette journée, a lieu tous les ans, elle est organisée par la structure DC Passport en collaboration avec les ambassades qui souhaitent y prendre part. DC Passport a pour but de parler économie, investissements, cultures, arts, cuisines, sites touristiques etc. de chaque ambassade participante afin d’inviter la population à découvrir d’autres horizons, avoir des perspectives etc.

Du côté de la Guinée, tout y était pour rendre la journée mémorable !

En cuisine, l’ambassade avait prévu de nombreux plats succulents de chez nous comme le fonio à la sauce arachide, le riz à la sauce feuilles de patates, feuilles de manioc, du konkœ, des boulettes de poisson, du to, les ragoûts d’igname et de patate douce, banane et taro,..

Des produits comme le riz paddy, le cacao, le café, le beurre de karité, le pain de singe … ont également été présentés aux visiteurs comme étant des produits de consommation de la Guinée.

Parlant d’arts, une exposition artisanale des quatre (4) régions naturelles de la Guinée a été faite :

Les kendélis, les lépis et Gara, les dalibas et pagnes de la forêt sacrée. De magnifiques sacs de voyage, sacs à dos, bijoux, pochettes, chaussures, moulus dans ces tissus aux diverses couleurs ou dans du cuir ont fasciné, émerveillé les visiteurs. L’ambassade avait également prévu un stand pour les tresses africaines, et des artistes folkloristes étaient installés au jardin pour égayer le public.

Dans le salon principal, des présentations faisant part des opportunités d’investissements, des secteurs attractifs de la Guinée, de la Culture et sites touristiques, étaient assurées par le personnel de l’ambassade, la Miss Amérique du North de l’édition 2018 et des jeunes volontaires. Un groupe de danse traditionnel guinéen invité à l’occasion a tenu en haleine les visiteurs par leurs prestations.

 

 

Initiative de création d’entreprises individuelles de droit guinéen par la diaspora.

Initiative de création d’entreprises individuelles de droit guinéen par la diaspora.

Comment aider la diaspora guinéenne à créer des entreprises individuelles en Guinée afin de participer au développement économique de notre pays, y faciliter leur insertion et leur épanouissement, voilà l’objet de la présentation organisée le 2 mai 2019 dernier à l’Ambassade de la Guinée à Washington.

Une initiative de l’Agence de Promotion des Investissements Privés (APIP) déployée en collaboration avec l’Ambassade de la Guinée à Washington. Ont pris part à l’activité, le personnel de l’ambassade, représenté par M. Diallo Mamadou, le Conseiller Economique, M. Mamadou Alpha Barry, le Responsable des Relations Publiques et de la Diaspora à l’APIP, des représentants de la communauté guinéenne de Washington parmi lesquels de potentiels investisseurs.

Pour permettre aux participants de mieux comprendre les enjeux de cette présentation, le Conseiller Economique de l’Ambassade à tout d’abord fait une rétrospection sur l’évolution économique de la Guinée ces dix dernières années et les perspectives de croissance économique de notre pays, histoire de permettre aux éventuels investisseurs parmi la diaspora, de connaitre la situation économique de la Guinée avant de se lancer en affaires, mais aussi de les encourager et les rassurer de leurs investissements.

Ensuite, M. Diallo leur a fait part des opportunités d’investissements dans les secteurs des mines, de l’agrobusiness, de l’énergie et des services…

Le Représentant de l’APIP quant à lui, a parlé des réformes engagées par le gouvernement pour améliorer le climat des affaires ; notamment, des réformes fiscales en faveur de la diaspora avec des exonérations sur certains types d’investissements comme le secteur de l’agrobusiness et d’autres secteurs très porteurs de l’économie du pays.

Le Responsable des Relations Publiques et de la Diaspora à l’APIP, a également fait part aux participants, de la volonté de sa structure de lancer cette initiative d’ici la fin de l’année avant de laisser la place aux séances de questions réponses.

Les participants au cours de leurs différentes interventions, ont salué cette initiative et encouragé l’APIP à aller au bout de ses efforts pour ce projet qui pourrait apporter beaucoup à la Guinée et aux guinéens.

Ci-joint le document des prérequis pour la création d’entreprises.

Pour plus d’informations contacter la section économique de l’Ambassade de Guinée à Washington.

CLIQUEZ ICI POUR VOIR LE DOCUMENT