COMPTE RENDU DE LA SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DU JEUDI, 14 NOVEMBRE 2019

Conakry, le 14 Novembre 2019 – Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des Ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi, 14 novembre 2019, de 10h à 12h, selon l’ordre du Jour suivant :

         I. MESSAGE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

        II. COMPTE RENDU DE LASESSION ORDINAIRE DU CONSEIL INTERMINISTERIEL DU MARDI, 12                              NOVEMBRE 2019

       III. QUESTIONS DIVERSES

Au titre du premier point de l’ordre du jour 

Le Président de la République a informé le Conseil de la signature à Tokyo de l’accord de financement et de construction du pont sur la Soumba, dans la préfecture de Dubréka. Il a aussi confirmé l’évolution favorable des négociations autour de la reconstruction du pont de Faranah.

Le Chef de l’Etat s’est félicité du dénouement des procédures d’adjudication des concessions minières relatives aux gisements de minerai de fer des blocs 1 et 2 du Simandou par le biais d’un appel d’offres international dont la transparence et la régularité ont été reconnues par tous les soumissionnaires.

Le Président de la République a apprécié le lancement effectif de la Mission d’Appui à la Mobilisation des Ressources Internes (MAMRI) tout en rappelant la nécessité de ne pas confondre les prérogatives de cette nouvelle structure avec les tâches dévolues aux différentes régies financières de l’Etat comme les services des Douanes et des impôts.

Le Chef de l’Etat a instruit les départements concernés et en particulier le Ministère des Hydrocarbures, d’accélérer les démarches visant la réalisationd’un nouveau dépôt d’hydrocarbures de grande capacité et présentant toutes les garanties au plan sécuritaire et environnemental. Il a apprécié le niveau de mobilisation des ressourcesnécessaires au financement de cet important projet tout en insistant sur le fait que toute participation éventuelle de l’Etat au capital de la société de construction et d’exploitation doit être financée à partir d’éléments de la structure des prix des produits pétroliers pour éviter tout prélèvement sur le budget de l’Etat.

Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, Monsieur le Premier Ministre a fait le compte rendu de la session ordinaire du Conseil Interministériel tenue le mardi12 novembre 2019.

Le Conseil a entendu successivement

Le Ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle, de l’Emploi et du Travailqui a présenté une communication relative aux modalités de fonctionnement des Ecoles Régionales des Arts et Métiers (ERAM).

Le ministre a expliqué que dans le cadre du renforcement du secteur de la formation technique et professionnelle au profit des jeunes guinéens, le gouvernement guinéen a mené une opération de promotion auprès des pays amis et autres partenaires techniques et financiers, aux fins de mettre en place un vaste projet de construction et d’équipement d’écoles d’un type nouveau que sont les Ecoles Régionales des Arts et Métiers (ERAM). Selon le Ministre, c’est ainsi qu’ont été obtenus les financements de :

–         Quatre (4) ERAM déjà réalisées à Boké, Labé, Siguiri et N’Nzérékoré, par le Fonds saoudien de développement(FSD),

–        Quatre autres par la Banque islamique de développement (BID) dont deux (2) sont en construction à Dabola et Coyah et deux (2) en projet à Kindia et Mamou.

Le Ministre a abordé le volet concernant le niveau d’exécution des travaux de construction et d’équipement des 4 ERAM (Boké, Labé, Siguiri et N’Zérékoré). A ce niveau il a indiqué que le coût global du projet est de 26,5 millions USD financé par le Fonds Saoudien de Développement (FSD) à hauteur de 90.000.000 de Riyals Saoudiens soit 24.000.000 de dollars américains et par la contrepartie guinéenne pour un montant de 2.500.000 USD. A date, les travaux de construction sont achevés sur les 4 sites et les réceptions provisoires prononcées depuis les mois de Mai à Novembre 2018.

Il a rappelé que le montant engagé dans les travaux de construction a difficilement supporté les coûts des travaux de génie civil, mettant ainsi le projet face à des travaux supplémentaires non contractuels mais indispensables pour des raisons de stabilité et de bon fonctionnement des ouvrages. Ces travaux supplémentaires nécessaires ont été conséquemment attestés par le Bureau de supervision des projets.

En abordant le volet équipement, le Ministre a indiqué que les marchés ont été attribués à deux fournisseurs et que les contrats sont approuvés et les demandes de retrait de fonds (DRF) concernant l’avance de démarrage (20%) et les règlements de lettre de crédit 70% sont parvenus au FSD depuis le 02 juin 2019.

En abordant le Projet de construction et d’équipement des 2 ERAM (Coyah et Dabola), le Ministre a rappelé le montant total du projet qui s’élève à 28 560 000 USD financé par la BID pour 25 000 000 USD et 3 560 000 USD par le Gouvernement Guinéen.

Au niveau de l’exécution des travaux, le Ministre a expliqué ce qui suit :

Le niveau d’exécution physique des travaux de génie civil est de 85% et le retard s’explique par les facteurs suivants :

  • Augmentation du domaine du site de l’ERAM de Coyah qui a nécessité une étude supplémentaire de redistribution des ouvrages sur le site ;
  • Le retard dans le lancement des travaux eu égard à la signature tardive du contrat du cabinet de supervision par rapport à celui de l’entreprise en charge de la construction ;
  • Le retard de la notification de l’avis de non-objection des travaux supplémentaires des deux ERAM.

Concernant le niveau d’exécution financière, il l’a estimé à un taux de 78,31%.

Pour les équipements, le Ministre a rappelé qu’à date le dossier d’appel d’offres(DAO) relatif aux équipements des infrastructures validées par l’ensemble des intervenants du côté du gouvernement, attend depuis Mai 2019 un avis de non objection de la BID après transmission.

En conclusion,

  1. Les ERAM de Boké, Labé, Siguiri et N’Zérékoré ne pourront recevoir les étudiants qu’en octobre 2020, et cela après l’achèvement des travaux complémentaires, l’installation des équipements et la formation des formateurs sur les équipements.
  2. Il en est de même pour les ERAM de Dabola et Coyah, qui sont en construction.

Selon le Ministre, le montant total du projet de construction et d’équipements des ERAM de Mamou et Kindia est de 31.610.000 USD financés par la BID et le Gouvernement Guinéen.

A ce jour, la BID a assuré la prise en charge de ce projet dans son Plan de financement 2020 des projets de la Guinée. L’Etude de faisabilité et le DAO sont déjà disponibles.

Les débats qui ont résulté de cette communication ont mis un accent particulier sur des faiblesses notoires qui affectent globalement les capacités d’absorption des financements extérieur par les ministères sectoriels. Il s’agit des faiblesses caractérisant l’unité de gestion des projets, celles liées à la maitrise des règles et procédures des bailleurs de fonds par les départements ministériels et la qualité des documents soumis aux partenaires techniques et financiers.

Pour corriger ces faiblesses, le conseil a :

a-  Invité le Ministère de l’Economie et des Finances, Le Ministère du Plan et du Développement Economique et L’ACGP à organiser une concertation pour une meilleure compréhension des règles et procédures des partenaires au développement, d’une part, et à mettre en place une structure pérenne et simplifiée pour soutenir la gestion et le fonctionnement de tous les projets ;

b-  Instruit le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère du Plan et du Développement Economique, le Ministère du Budget à déterminer le coût budgétaire de mise en route des quatre (4) ERAM qui ont déjà fait l’objet de réception provisoire en 2018. De façon impérative, ces 4 ERAM doivent être rendues fonctionnelles en septembre 2020 pour recevoir les premiers étudiants ;

Le Conseil, après avoir pris acte de l’engagement de MPDE à mobiliser de l’expertise pour appuyer le METFPET a donné son quitus à la communication relative aux modalités de fonctionnement des ERAM. 

La Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance qui a soumis une communication relative à la célébration de la journée internationale des personnes handicapées.

La communication de la Ministre a commencé par un rappel de la Résolution 47/3 adoptée par les Nations Unies en octobre 1992, par laquelle la date du 03 décembre de chaque année a été proclamée comme Journée internationale des personnes handicapées dans le monde entier. Selon La Ministre, la célébration de cette journée est l’occasion d’attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur la situation difficile de nos frères et sœurs porteurs de déficience afin de promouvoir leurs droits et leur bien-être.

Les études et recherches prouvent sans détour que ces personnes rencontrent beaucoup de difficultés dans leur existence quotidienne. Ces difficultés, dues pour la plupart au non-respect de leurs droits fondamentaux et à la nature spécifique de leur statut physique, ont trait entre autres aux préjugés et attitudes négatives de la société, au faible accès aux services sociaux de base ou encore à la législation générale qui n’intègre pas suffisamment la spécificité du handicap ainsi qu’à la faiblesse des allocations budgétaires au secteur.

Concernant l’inauguration du Centre d’Apprentissage de Métiers pour Personnes Handicapées à la Cité de Solidarité, la Ministre a rappelé que, construite en 1978, la Cité de Solidarité avait eu pour mission de recevoir les personnes handicapées afin de les nourrir, loger, vêtir, soigner, alphabétiser, rééduquer et assurer leur formation professionnelle.

Mais tirant les leçons de l’expérience vécue dans le fonctionnement de ce centre et surtout de la non opérationnalisation du secteur de la formation professionnelle, on se rend compte de la nécessité d’une réorientation de son profil. L’avènement de la 3e République a permis de lancer les travaux de réhabilitation de cet établissement en vue d’assurer l’autonomisation si chère au Président de la République. A ce jour, un bloc prévu pour l’apprentissage de métiers est opérationnel. Grâce à l’appui du PNUD-Guinée, des ateliers en faveur de six filières sont installés et équipés : Saponification, Bambou-Rotin, Couture, Cordonnerie, Teinture et Chaudronnerie. Des formateurs ont bénéficié de séances de perfectionnement en Guinée et dans la sous-région.

La Ministre a indiqué que son Département sera très honoré de placer l’inauguration de ce bloc, sous la présidence du Chef de l’Etat, le 03 décembre 2019. L’occasion sera également mise à profit pour effectuer la remise d’équipements à une dizaine d’associations ou de PME qui s’investissent dans l’autonomisation des Personnes handicapées.

Pour le lancement du Programme National d’Inclusion et d’Autonomisation des Personnes handicapées (PNIAPH), la Ministre a rappelé que fort de l’engagement du Gouvernement, le MASPFE a sollicité à partir de 2017 l’accompagnement du PNUD.

La Ministre a soutenu qu’avec ses six axes d’intervention que sont la Gouvernance et le renforcement institutionnel (i); l’Autonomisation et la réduction de la dépendance (ii); le Renforcement de l’accès des personnes handicapées à l’information et à la communication (iii); la Promotion de l’éducation inclusive et de la formation professionnelle des personnes handicapées (iv) ; le Développement des activités artistiques, culturelles, sportives et de loisir pour les personnes handicapées (v) et enfin la Recherche et les Statistiques (vi), le PNIAPH se veut être le cadre de référence des interventions dans le domaine du handicap.

La Ministre a exprimé également son intime conviction que ce programme favorisera, à moyen terme, l’amélioration des conditions d’existence de milliers de Personnes handicapées du pays.

Compte tenu du caractère très sensible de cette couche sociale vulnérable, le Conseil a apporté son soutien à Madame La Ministre dans la mobilisation des ressources pour célébration de la journée internationale des personnes handicapées prévues le 03 décembre 2019 à Conakry.

Le Ministre du Commerce qui a présenté une communication relative au projet des Plateformes du commerce électronique en Afrique, initié par l’Union Africaine en partenariat avec le Groupe Africain du Commerce Electronique (AeTrade).

La communication du Ministre du Commerce avait pour objet d’éclairer le Gouvernement sur le projet de mise en place dans les Etats membres des cinq (5) régions du continent africain, du siège ou de l’un des bureaux régionaux des plateformes du commerce électronique en Afrique.

Le Ministre a présenté son projet en plusieurs points :

  1. OBJECTIFS 

Abordant les objectifs, le Ministre a indiqué que le partenariat de l’UA avec AeTrade vise à :

–        Pallier les insuffisances majeures en matière de TIC et de commerce électronique à plus grande échelle en Afrique grâce à la mobilisation d’appui en faveur des PME ;

–        Fournir des solutions TIC aux questions de gouvernance, de politique commerciale et industrielle, de cadre réglementaire de l’Economie Numérique et d’infrastructures y afférentes.

  1. BREVE DESCRIPTION DU PROJET

Dans la présentation de son projet, le Ministre a expliqué que AeTrade est un fournisseur de plateforme de commerce électronique visant à travailler en étroite collaboration avec la CUA, afin de fournir sur demande des Etats membres, des services dans un certain nombre de domaine dont entre autres :

  1. LES AVANTAGES ESCOMPTES DU PROJET

Selon le Ministre qui s’est appuyé que les estimations du Groupe, le projet appuiera 600.000 PME pouvant générer jusqu’à 22 millions d’emplois durant les quatre (4) premières années de la mise en œuvre de sa première phase. Sur une période de 15 ans, la plateforme facilitera la création de 5 millions de PME et la création de 80 à 125 millions nouveaux emplois sur le continent dont 30.000 emplois potentiels dans le pays où le siège sera finalement installé.

La mise en place du projet favorisera également :

–        La gestion des infrastructures transfrontalières pour faciliter le commerce électronique en Afrique (télécommunications, aéroports, routes, ports, voies ferrées, notamment le train à grande vitesse) ;

–        La gestion des Zones économiques spéciales transfrontières pour la fabrication de produits spécifiques destinés au marché continental et au-delà ;

–        La gestion des corridors économiques transfrontaliers qui sont essentiels pour le transit de biens et de services sur le continent, conscient des mécanismes de sécurité et de collaboration entre les Etats membres de l’UA.

–        Les avantages liés à l’échange d’informations commerciales – le genre, répartition sectorielle ;

–        La capacité d’accélérer la mise en œuvre de la ZLECAf et de réaliser les objectifs de l’Agenda 2063.

Il a ensuite soutenu que c’est dans le souci d’être en phase avec la volonté politique sans cesse réitéré par Son Excellence Monsieur le Président de la République, le Professeur Alpha CONDE, Chef de l’Etat,  de voir notre pays bénéficier pleinement de la quatrième révolution industrielle,  matérialisée par les NTICs,  que son Département en collaboration avec le Ministère des Postes, Télécommunication et de l’Economie Numérique, avait au nom du Gouvernement, exprimé à l’Union Africaine en janvier 2019, l’intérêt de notre pays à abriter le siège et/ou l’un des bureaux régionaux des plateformes du commerce électronique en Afrique.

La soumission de la manifestation d’intérêt a eu pour effet, la conduite par les experts du Groupe AeTrade, d’une mission d’évaluation sur le terrain, du 9 au 10 mai 2019, à Conakry.

Au terme de cette mission, soutient le Ministre, le projet de rapport envoyé par les experts a été partagé avec les départements et structures concernés par le projet.

Le Ministre a informé le Conseil avoir reçu, le 21 juin 2019, une lettre de félicitations du PDG du Groupe AeTrade, suite à la sélection de notre pays pour abriter le bureau régional Afrique de l’Ouest des plateformes à l’issue d’un examen minutieux des dossiers de candidatures et l’approbation par le Conseil d’Administration du Groupe, des recommandations formulées à cet effet par ce dernier.

Cette décision a été rendue publique lors du 12ème Sommet Extraordinaire des Chefs d’Etat et de Gouvernement tenu à Niamey, le 7 juillet 2019, et notre pays a été officiellement informé de cette décision par l’Union Africaine.

Depuis, les points des ministères du Commerce et des Postes et Télécommunications sont restés permanemment en contact avec le Groupe AeTrade afin de faire avancer le processus de lancement des activités du projet.

Le Ministre a ainsi rappelé que le 20 octobre 2019, le Groupe a envoyé à notre pays, un projet de programme de travail en vue de la signature de l’accord de siège et du lancement de la plateforme.

C’est à ce titre que qu’il a partagé avec le Conseil, le Projet de programme amendé par les points focaux du projet, pour examen et adoption.

Il a enfin sollicité, encore une fois, l’implication et le soutien de l’équipe Gouvernementale pour la concrétisation et la réussite de ce projet, créateur d’emploi, dans notre pays.

Le Conseil a salué les efforts remarquables des Ministres en charge du commerce et de l’économie numérique qui ont abouti au choix de la Guinée pour abriter le siège des plateformes de commerce électronique en Afrique. Le Conseil soutient que cette démarche s’inscrit en droite ligne dans la vision de SEM le Président de la République en matière d’intégration régionale et de bénéfice de la 4ème révolution industrielle matérialisée par les TICs.

Le Conseil, après avoir examiné l’ensemble des conditions et avantages requis liés à ce projet, a donné son approbation pour la construction du siège de la plateforme ouest-africaine de commerce électronique à Conakry.

AU TITRE DES QUESTIONS DIVERSES

Le Ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine Historiquea informé le Conseil, qu’après avoir fait l’honneur à notre pays de présider la zone A de l’Union des Fédérations Ouest-Africaines de Football (UFOA), cette institution Ouest-africaine de Football, organise le tournoi U20, du 24 novembre au 08 décembre 2019 à Conakry (Stade du 28 septembre et de Nongo), sous le Haut Patronage de Monsieur le Président de la République.

A cette occasion, son Département sollicite :

  1. Le dégagement des abords immédiats du Stade de Nongo, des garages et autres kiosques, par le Ministère de la ville et de l’aménagement du territoire ;
  2. Le choix du nom de baptême du Stade de Nongo par Monsieur le Président de la République.

D’autre part, il a indiqué que du 20 au 23 novembre 2019 aura lieu à Kankan, la phase finale de la 2ème Edition de la Compétition de Football dotée du trophée de Monsieur le Président de la République.

A cette occasion, la jeunesse de Kankan fière de la gouvernance du Professeur Alpha CONDE, décide d’organiser un grand carnaval de soutien aux actions et idéaux du Chef de l’Etat.

Il sollicite la présence de tous les membres du Gouvernement ressortissants de la région à Kankan.

Enfin, il a signalé que la 2ème Edition du Tour Cycliste International de Guinée prendra le départ le 27 novembre 2019 à Kissidougou. L’arrivée du Tour est prévue le 1er décembre 2019 à Conakry, sous la présidence d’honneur de Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat.

Le Ministre de la Citoyenneté et de l’Unité nationale et le Ministre de la Justice Garde des Sceaux sont intervenus pour donner au Conseil des informations avérées mettant en cause des faits d’atteintes aux droits de l’homme ainsi que les conclusions contenues dans le rapport de l’ONG AMNESTY INTERNATIONAL. Ce rapport alternatif qui voudrait contredire celui élaboré par les autorités guinéennes pour être présenté à l’Examen Périodique Universel (EPU) présente ainsi des faits insuffisamment vérifiés et recoupés et passe volontairement sous silence les efforts et les progrès significatifs réalisés dans la consolidation de l’Etat de droit et dans l’amélioration de la conduite des forces de sécurité dans les opérations de maintien d’ordre. Amnesty International n’évoque pas les difficultés particulières qui compliquent les procédures judiciaires comme la nature violente et chaotique de certaines manifestations, le désordre immédiat de la scène de crime et le manque de confiance entre certaines populations et le personnel d’application de la Loi. L’ONG en n’évoquant que superficiellement les efforts fournis dans le cadre légal et règlementaire (adoption d’un nouveau Code pénal, casernement des militaires, utilisation formelle du matériel conventionnel de maintien d’ordre, fouille des policiers et gendarmes avant toute opération pour s’assurer du non port d’armes létales, etc…) voudrait accréditer l’idée d’un manque total de volonté politique de la part des autorités pour améliorer la situation des Droits humains en Guinée. Le Conseil a invité les ministres concernés à organiser régulièrement des rencontres avec les médias à l’effet de présenter à l’opinion la situation réelle qui prévaut dans le pays

Avant de lever la séance, Monsieur le Président de la République a donné au Conseil de larges informations sur la situation nationale, africaine et internationale

Le Conseil des Ministres 

 

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

L’Ambassade de Guinée à Washington a ouvert ses portes au public américain le samedi 4 mai

L’Ambassade de Guinée à Washington a ouvert ses portes au public américain le samedi 4 mai

A l’occasion de la journée Portes Ouvertes des Ambassades, DC Passport, l’Ambassade de Guinée à Washington a chaleureusement accueilli le 04 mai dernier plus d’un millier de personnes, visiteurs, touristes venus des différents Etats des USA.

Cette journée, a lieu tous les ans, elle est organisée par la structure DC Passport en collaboration avec les ambassades qui souhaitent y prendre part. DC Passport a pour but de parler économie, investissements, cultures, arts, cuisines, sites touristiques etc. de chaque ambassade participante afin d’inviter la population à découvrir d’autres horizons, avoir des perspectives etc.

Du côté de la Guinée, tout y était pour rendre la journée mémorable !

En cuisine, l’ambassade avait prévu de nombreux plats succulents de chez nous comme le fonio à la sauce arachide, le riz à la sauce feuilles de patates, feuilles de manioc, du konkœ, des boulettes de poisson, du to, les ragoûts d’igname et de patate douce, banane et taro,..

Des produits comme le riz paddy, le cacao, le café, le beurre de karité, le pain de singe … ont également été présentés aux visiteurs comme étant des produits de consommation de la Guinée.

Parlant d’arts, une exposition artisanale des quatre (4) régions naturelles de la Guinée a été faite :

Les kendélis, les lépis et Gara, les dalibas et pagnes de la forêt sacrée. De magnifiques sacs de voyage, sacs à dos, bijoux, pochettes, chaussures, moulus dans ces tissus aux diverses couleurs ou dans du cuir ont fasciné, émerveillé les visiteurs. L’ambassade avait également prévu un stand pour les tresses africaines, et des artistes folkloristes étaient installés au jardin pour égayer le public.

Dans le salon principal, des présentations faisant part des opportunités d’investissements, des secteurs attractifs de la Guinée, de la Culture et sites touristiques, étaient assurées par le personnel de l’ambassade, la Miss Amérique du North de l’édition 2018 et des jeunes volontaires. Un groupe de danse traditionnel guinéen invité à l’occasion a tenu en haleine les visiteurs par leurs prestations.

 

 

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU 27 Décembre 2018

Conakry, le 27 Décembre 2018 – Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des Ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi 27 décembre 2018 de 10h à 11h30 mn, avec l’ordre du jour suivant :

Message de Son Excellence Monsieur le Président de la République ;
Compte rendu des sessions ordinaires du Conseil Interministériel tenues les 18 et 26 Décembre 2018 ;
Questions diverses

Au titre du premier point de l’ordre du jour ;

Monsieur le Président de la République a donné des instructions fermes aux Ministres concernés afin que la libre circulation des biens et des personnes soient effective entre la Guinée et les autres Etats membres de la CEDEAO, conformément aux accords et traités internationaux ratifiés par notre pays. En aucun cas il ne doit être perçu aux frontières terrestres guinéennes des payements quelconques du fait de mouvements de personnes avec les pays voisins.

Le Chef de l’Etat a encouragé les Ministères en charge du secteur financier à poursuivre et accélérer les reformes en cours en vue d’optimiser le fonctionnement des administrations fiscales et douanières et maximiser les recettes publiques tout en informant et associant le secteur privé à l’évolution du cadre économique et financier de notre pays

Monsieur le Président de la République a insisté sur la nécessité que les projets de Lois soumis au Conseil soient à l’avenir accompagnés de leurs textes d’application (décrets, arrêtés…) afin d’en permettre la mise en œuvre dès après leur adoption ou ratification par l’Assemblée Nationale

Le Chef de l’Etat a apprécié les efforts du Gouvernement ayant abouti le 21 Décembre dernier à la revue positive du Programme Economique et Financier conduit avec le FMI et la Banque Mondiale. Il a demandé à tous les membres du Gouvernement d’observer plus de rigueur dans la gestion de leurs départements respectifs et de veiller au respect des engagements nationaux à l’égard des partenaires techniques et financiers de la Guinée

Au titre du deuxième point de l’ordre du jour,

Monsieur le Premier Ministre a fait le compte rendu des sessions ordinaires du Conseil Interministériel des 18 et 26 Décembre 2018

Le Conseil a entendu successivement

Le Ministre des Transports qui a soumis, en seconde lecture pour examen, le projet de Décret portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l’Agence Guinéenne de la Sécurité Routière (AGUISER).

Il a rappelé que l’adoption de la résolution 64/255 par l’Assemblée Générale des Nations Unies en mars 2010, proclamait la décennie 2011-2020 comme décennie de la sécurité routière. C’est ainsi qu’en novembre 2011, lors de la deuxième conférence sur la sécurité routière en Afrique tenue à Addis-Abeba, le plan d’action qui stipule que chaque Etat membre doit se doter d’une structure de coordination et de gestion de la sécurité routière a été adopté.

Le Ministre a indiqué que dans le souci de répondre à cette problématique, le Ministère des Transports a lancé l’étude d’un plan de sécurité routière dont l’une des conclusions proposait déjà la mise en place d’une Agence Spécialisée dans la prévention des accidents sur toutes les routes de la Guinée. D’autre part, les Etats Généraux de la Sécurité Routière, tenus à Conakry du 06 au 10 novembre 2017, mettaient un accent particulier sur la création d’un organe en charge de la sécurité routière à l’instar des autres Etats Africains.

L’Agence Guinéenne de la Sécurité Routière a pour mission : la conception, l’élaboration et le suivi de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière de la sécurité routière. 

Il a précisé que l’Agence Guinéenne de la Sécurité Routière est un établissement Public à caractère Administratif et technique (EPA), dotée de la personnalité juridique, de l’autonomie financière et budgétaire conformément à la législation et à la règlementation régissant les établissements publics administratifs (EPA).

Au terme des débats qui ont suivi et sous réserve d’une concertation avec le Ministère du Budget sur l’identification des ressources devant servir au fonctionnement de cette structure, le conseil a adopté le projet de Décret portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l’Agence Guinéenne de la Sécurité Routière (AGUISER).

Le Ministre de la Défense Nationale, dans le cadre de la poursuite de la réforme du secteur de la sécurité et du respect des dispositions des articles 47, 142 et 144 de la constitution, a soumis pour examen quatre (4) projets de Lois :

Le premier portant principes fondamentaux et organisation générale de la Défense Nationale. 

Il a indiqué que cette Loi s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la conception d’une armée républicaine, dimensionnée, mais efficace, mieux équipée et entrainée. Le présent avant-projet de Loi permet la mise à jour de l’architecture institutionnelle et structurelle en charge de la Défense Nationale.

Le deuxième portant organisation générale et fonctionnement des Forces de Défense Nationale.

Le Ministre a expliqué que le concept de la Défense Nationale ne comprend pas que la défense du territoire et des populations par des moyens militaires. Elle vise également à porter sur les intérêts fondamentaux de la Nation qui se répartissent entre intérêts vitaux et intérêts majeurs.

Il a indiqué que le présent projet de Loi clarifie les concepts suivants :

La Défense Nationale ;
La politique de Défense Nationale ;
La stratégie de Défense Nationale ; et
Les intérêts fondamentaux.

Le troisième projet de Loi portant usage des armes par la Gendarmerie Nationale 

Le Ministre a indiqué que les nouvelles dispositions du présent projet de Loi sont prises relativement à la nature des situations effectives dans lesquelles les militaires de la Gendarmerie sont amenés à devoir faire usage de leurs armes. Elles traduisent, également, la volonté d’apporter des règles d’usages correspondant à chacune des situations auxquelles les militaires de la Gendarmerie sont souvent confrontés.

Il a soutenu que ce projet de Loi vient renforcer une fois de plus notre ordonnancement juridique pour le bien de tous ceux qui sont épris de justice et de sécurité.

Le quatrième projet de loi fixant les conditions de participation de l’armée au développement économique de la nation et à toutes autres tâches d’intérêt public.

Le Ministre a indiqué que l’objectif de ce projet de Loi est de mettre en place un cadre juridique adéquat par la définition des domaines de participation et des procédures par lesquelles le Président de la République peut faire appel à l’intervention de l’armée, notamment dans le développement économique de la nation.

Au terme des débats, le conseil a apporté son soutien au Ministre et recommandé l’implication des partenaires techniques et financiers intervenant dans le cadre de la Reforme des Forces de Défense et de Sécurité, dans l’ultime exercice de concertation envisagée autour de ces 4 projets de loi.

Au titre des questions diverses

Le Conseil a déploré les incidents graves caractérisés par des actes de violence prémédités ayant occasionné des morts d’homme, survenus dans des villages des préfectures de Siguiri et de Kankan. Ces conflits qui se rapportent à des activités d’orpaillage et d’exploitation agricole deviennent récurrents et appellent à une vigoureuse réaction des autorités judiciaires.

Le Conseil a instruit le Ministre chargé de la Justice de prendre les dispositions utiles pour que les poursuites judiciaires requises soient engagées sans délai à l’encontre de tous les auteurs et complices présumés

Enfin, le Conseil, dans le cadre du respect du principe établi de flexibilité des prix des hydrocarbures à la pompe, a décidé d’une réduction des prix de vente au litre des produits pétroliers de 500 (cinq cents) Francs Guinéens. Cette réduction qui ramène le prix de l’essence, du gasoil et du pétrole lampant à 9.500 (neuf mille cinq cents) Francs guinéens le litre, entrera en vigueur très prochainement, à une date qui sera publiée par les autorités compétentes du Gouvernement.

Le Conseil des Ministres

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

La semaine Nationale de la Citoyennété et de la Paix observée à Washington

Conformément à un décret du président de la République en date du 5 décembre 2018, la 3ème édition de la semaine Nationale de la Citoyennété et de la Paix a été célébrée du 17 au 23 décembre dernier en Guinée.

A Washington, l’événement a été marqué, le samedi 22 décembre, par une conférence organisée par l’ambassade de Guinée aux Etats-Unis, en présence de SE. Kerfalla YANSANE et de son staff, ainsi que des responsables d’associations guinéennes de la grande région de Washington.

Placée sous le thème “la Guinée 60 ans d’indépendance, une obligation de mémoire”, la conférence a été animée par le Dr. Saliou Camara, professeur d’histoire à Howard University.

Co-animant la conférence avec M. Camara, on notait Edward Haba, administrateur, Mohamed Magassouba, officier de police et Hawa Soumah, journaliste. Chacun de ces orateurs a défendu un sous-thème allant de la corrélation entre l’administrateur et l’administré, au rôle des forces de sécurité, et celui des femmes guinéennes.

Ils ont insisté sur le processus participatif de chaque citoyen qui doit “être conscient de ses droits et de ses devoirs”, en respectant les textes qui régissent la République.

Les débats instaurés par la suite ont donné lieu à des échanges fructueux, permettant aux participants de pointer du doight les points forts et les points faibles du système guinéen, sans négliger les potentiels d’avenir du pays.

A la clôture, l’ambassadeur de Guinée aux Etats-Unis, SE. Kerfalla YANSANE, a apprécié les analyses issues de la conférence. Il a exhorté les participants à développer la résilience, en passant à l’action.

“La diaspora a un rôle clef à jouer dans le cadre du développement de la Guinée. Mais pour y arriver, il faut être conscient de ses devoirs de citoyens envers la patrie, qui mérite qu’on consolide ses développements économiques, sociaux et politiques”, a t-il conclu.

 

Cellule de communication de l’ambassade