Formation des médias locaux et des communicateurs traditionnels de Fria sur la prévention et la gestion des conflits en période électorale

Chers Collègues

Pour Votre Information 

La formation de 40 journalistes des médias locaux et des communicateurs traditionnels de Fria sur le Rôle des médias dans la prévention et la gestion des conflits en période électorale a démarré ce Mardi 29 Octobre 2019 à la Bibliothèque de Fria sous la présidence de Mme Gnalen Condé, Préfète de Fria et en présence du Maire de Frai, El Hadj Lansana Boffa Camara et du Conseil Technique Principal du Projet Dialogue et participation politique inclusive en Guinée du PNUD, financé par le Fonds de Consolidation de la Paix (PBF), Mr Justin Morel Junior.

Cette formation initiée par Friaguinee.net est un site web d’actualités générales crée en  Décembre 2017, basé à Fria, une ville minière située à 160 km de Conakry, et géré par Mme Dieynabou Diallo, a pour objectif de renforcer les capacités des acteurs du secteur médiatique pour promouvoir le dialogue social, le développement et la participation citoyenne des journalistes dans le processus électoral dans le but de permettre aux acteurs des médias publics,  privés et aux communicateurs traditionnels de la préfecture de Fria d’être mieux outillés dans le traitement de l’Information pour la diffusion de l’information responsable, la construction de la paix et de la promotion du développement durable.

Deux présentations majeures ont suivi la cérémonie officielle d’ouverture à savoir la Communication de crise, et le partage de l’approche PESTEL par le CTP du Projet du Dialogue et participation politique inclusive en Guinée (PNUD/PBF), Mr Justin Morel Junior, suivi d’échanges et de discussions après les travaux de groupe sur des thématiques.

La Communication de crise étant considérée comme situationnelle, l’Approche PESTEL qui a une portée politique, économique, socioculturelle, technologique, environnementale et légal) vise à amener les journalistes à se poser les bonnes questions en amont de la crise, s’imprégner des points de vigilance afin d’éviter les erreurs d’appréciation.

Mme Dieynabou Diallo, responsable du site Friaguinee.net, initiatrice de cette formation a exprimé toute sa joie à l’endroit du PNUD qui a décidé d’accompagner son projet de formation.

C’est avant tout, le lieu de remercier le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) pour son appui technique et financier, sans lequel, cette formation n’allait pas voir le jour.

Nous savons tous, que nous sommes dans une période décisive de l’histoire de notre pays avec la tenue prochaine des élections législatives et présidentielles.

En tant qu’hommes, femmes de médias et communicateurs traditionnels, nous jouons un grand rôle dans notre société car les médias sont les garants d’un droit fondamental, le droit à l’information, qu’il convient d’exercer en toute liberté mais avec responsabilité. Le journaliste doit être toujours agent de paix, la conscience orale de l’opinion publique et de la société civile. Il expose des faits susceptibles d’aider le public à accéder à la vérité. Il contraint ainsi les autorités politiques à la transparence. Il est en droit de dénoncer mais doit disposer de preuves irréfutables. C’est ainsi, qu’il aide à construire ou à renforcer la démocratie. Particulièrement en période électorale, les journalistes sont l’objet de toutes les convoitises et sont de ce fait exposé à certaines tentations. Ils doivent donc observer les règles éthiques et déontologiques qui s’appliquent à leur métier.

Mr Justin Morel Junior a, au nom de la Représentante résidente du PNUD invité et encouragé les journalistes et communicateurs traditionnels de Fria à opter pour une communication responsable pour préserver et la consolidation du tissu social.

En ouvrant les travaux, Mme la Préfète de Fria, Mme Gnialen Condé a commencé par saluer la pertinence du thème de formation qui est une première à Fria avant d’indiquer que : J’ose espérer que la tenue de ce présent atelier vous permettra d’acquérir des notions nécessaires qui vous aideront à informer et communiquer avec les populations en vue d’un comportement responsable pour la préservation de la Paix et l’instauration d’un climat apaisé dans la préfecture de Fria durant tout le processus des futures élections législatives pour le maintien de la quiétude sociale par la diffusion responsable des informations envers les populations pour l’acceptation des résultats qui sortiront des urnes.

Demain, les participants ont eu droit à la présentation de Mr Augustin Raymond Marie Gnimassou, Professeur d’Université sur la gestion de crise en période électorale avant la cérémonie de clôture qui sera présidée par Mr Amara Somparé, Ministre de l’information et de la Communication.

COMMUNIQUÉ DU GOUVERNEMENT

Conakry, le 23 Octobre 2019 – Le Gouvernement porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale qu’il a été alerté par des informations concordantes et persistantes sur la possible infiltration de la marche des femmes par des personnes décidées à troubler  l’ordre public par des actes de violence.

Le Gouvernement  rappelle que cette marche pacifique  des femmes a été autorisée, conformément aux textes relatifs à  l’exercice des droits  fondamentaux dont la liberté de manifestation dans notre pays. Il rappelle également que  ces textes engagent la responsabilité des organisateurs des manifestations.

En tout état de cause, le Gouvernement rassure les citoyens qu’il assumera sa mission régalienne de préservation de l’ordre public et prendra des mesures idoines pour la sécurité des personnes et de leurs biens.

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

ELECTIONS LÉGISLATIVES – LA CENI VA RECONSIDÉRER LA DATE ET PROPOSER UN NOUVEL AGENDA

Conakry le 21 Octobre 2019 – Suite au verdict de la mission d’audit de l’Organisation Internationale de la Francophonie sur le fichier électoral, l’envoyé spécial de l’OIF a animé ce vendredi un point de presse. Outre les hommes de médias, la rencontre s’est déroulée en présence du Président de la CENI, des Commissaires et des experts de l’OIF.

Face à la presse, le Malien, envoyé spécial de l’OIF, a détaillé le rapport de la mission d’audit, conduite par son organisation. « La mission a relevé les points faibles du fichier électoral guinéen et formule des recommandations pour son amélioration avant la tenue des élections. La CENI va reconsidérer la date, afin de proposer aux autorités guinéennes un nouvel agenda tenable et conforme aux recommandations du comité de suivi du dialogue politique inter-guinéen », a déclaré Tiéman Hubert Coulibaly.

Initialement prévues le 28 décembre 2019, l’OIF plaide en faveur d’un report des élections législatives. « Il y a des travaux techniques immenses à faire sur le fichier électoral guinéen, pour que les résultats des prochaines élections législatives et d’autres soient acceptés par tous les acteurs politiques du pays », a dit l’émissaire de l’OIF.

Pour Maître Salifou Kébé, il s’agit de prendre en compte tous les dysfonctionnements révélés, pour asseoir la fiabilité du fichier et renforcer ainsi la confiance des acteurs dans le processus électoral. « Il est question de se doter des outils informatiques très performants pour les opérations d’assainissement du fichier électoral avec la collecte des données sur le terrain. Il faut aussi fournir le matériel électoral lourd : c’est le cas des machines biométriques pour faciliter le recensement des électeurs. Nous sommes en train de nous battre pour que le fichier soit entièrement actualisé. Que la base de données soit mise à niveau. Que chaque guinéen soit représenté dans la base de données de façon unitaire » assure Me Salifou Kébé.

Et pour terminer, Tiéman Hubert Coulibaly a réitéré l’engagement de l’OIF à accompagner la Guinée dans sa mission de réussir son processus électoral.

La Cellule de Communication du Gouvernement

COMMUNIQUÉ DE PRESSE RELATIF À LA TENUE DU FESTIVAL DE LANCEMENT DE GUINÉE EXPO 2020

Sous le haut patronage du Président de la République, le Professeur Alpha Condé, le Commissariat Général de Guinée Expo 2020 organise un festival de célébration pour marquer le lancement officiel de la participation de notre pays à l’Exposition Universelle de Dubaï en 2020 le samedi 19 octobre 2019 à la Blue Zone de Kaloum à partir de 10h. 
Ce festival connaîtra la présence des membres du Gouvernement, des membres des corps diplomatique et consulaire des partenaires techniques et financiers, d’une délégation des organisateurs de l’Expo de Dubaï, des acteurs du secteur privé et de la société civile guinéenne.
Ouvert au grand public avec une entrée gratuite, les objectifs de ce festival sont entre autres de :Donner un aperçu sur les préparatifs de la participation de la Guinée à l’Expo 2020 ;
Présenter à échelle réduite le pavillon de la Guinée ;

Promouvoir le savoir-faire guinéen.
Des stands d’exposition, des animations culturelles, des jeux concours, des activités pour enfants et des démonstrations d’innovations rythmerons le festival.
Venez nombreux pour en apprendre plus sur ce que la Guinée présentera lors de sa participation à la plus grande exposition universelle de l’histoire.
Pour rappel, présidé par le Commissaire Général le Ministre en charge des Investissements et des Partenariats Publics Privés M. Gabriel CURTIS, le Commissariat général de Guinée Expo 2020 a pour tâche de coordonner les activités liées aux préparatifs de la participation de la Guinée à l’Exposition universelle de Dubaï en 2020. Organisée sur six (6) mois d’octobre 2020 à avril 2021 à Dubaï aux Emirats Arabes Unis, cette exposition rassemblera plus de 190 pays participants, attirera 25 millions de visiteurs.
Avec pour thème central “développement durable et renouvellement urbain axé sur l’eau” la Guinée présentera à l’Expo ses opportunités d’affaires, ses innovations, sa culture et ses attractions touristiques à travers un pavillon innovant de 200 m², une programmation de conférences et rencontres d’affaires ainsi qu’une boutique de produits 100% Made in Guinée.
Cliquez ici pour en apprendre plus sur l’évènement https://www.facebook.com/events/2429824967296892/ et pour plus d’informations sur la participation de la Guinée à Dubaï Expo 2020, consultez www.guineaexpo2020.com

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

DISCOURS DU PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT SANCTIONNANT LA CLÔTURE DES CONSULTATIONS

Conakry, le 9 Octobre 2019 – Mes Chers Compatriotes,

Je viens de remettre à Son Excellence Monsieur le Président de la République, le Professeur Alpha CONDE, le rapport des consultations inclusives qu’il m’a fait l’insigne honneur de conduire.

A l’issue de l’exercice que nous venons d’achever, je voudrais réaffirmer ma profonde gratitude au Chef de l’Etat, dont la confiance et le soutien sont une source inépuisable de motivation dans les missions qu’il m’est donné d’accomplir au service de notre pays.

Pendant deux semaines, présidents d’institutions républicaines, leaders politiques, chefs religieux et acteurs de la société civile se sont relayés au siège de la Primature.

Avec enthousiasme et ferveur, ils ont fait entendre leurs voix, partagé leurs opinions et leurs recommandations sur les questions de préoccupation actuelle et sur le devenir de notre pays.

Cette image d’une Guinée capable d’assumer sa diversité d’opinions et sa pluralité politique en toute responsabilité, dans la sérénité et le respect mutuel est celle que nous avons la responsabilité collective de sauvegarder.

C’est le lieu pour moi d’exprimer mes sincères remerciements et mes chaleureuses félicitations à l’endroit de toutes ces forces vives de notre Nation, pour l’esprit patriotique et le sens élevé de responsabilité qu’ils ont éloquemment témoigné, en répondant à notre invitation.

Je me réjouis tout particulièrement d’avoir reçu et écouté des Hommes et des Femmes de toutes les générations, de divers horizons et diverses sensibilités.

Je suis tout aussi heureux d’observer que tous les participants ont témoigné leur attachement à la paix, à la consolidation du tissu social et à l’unité entre les filles et les fils du pays, pour surmonter ensemble les épreuves d’aujourd’hui et relever les défis de demain.

Conformément aux principes directeurs que j’annonçais dans ma déclaration à la veille de l’ouverture officielle de ces Consultations, notre démarche a consisté à écouter tout le monde, sans prendre parti ni ouvrir de débats, pour en rendre fidèlement compte à Monsieur le Président de la République.

Il lui revient à présent, dans la sagesse et la clairvoyance que nous lui connaissons, d’en tirer les conséquences pour le bien de notre pays.

D’ores et déjà, il nous a instruit de partager avec l’opinion nationale et internationale, à travers une publication sur le site officiel du Gouvernement, les avis qui ont été formellement exprimées à la faveur des Consultations.

Je vous invite donc à visiter le site officiel du gouvernement: www.gouvernement.gov.gn.

Il s’agit là d’une démarche de transparence dans la conduite des affaires publiques, qui permettra à tous les acteurs concernés de vérifier si leurs positions ont été fidèlement restituées, et aux citoyens d’être éclairés sur les choix exprimés.

Mes chers compatriotes,

En ayant eu la chance et le privilège d’écouter toutes les composantes de notre pays, la principale leçon que j’en tire est que notre société est en pleine mutation, avec des exigences nouvelles et des attentes plus accrues.

Les Guinéens aspirent à des conditions de vie meilleures mais ils sont désormais vigilants sur la gouvernance et souhaitent être associés dans les processus de prise de décision.

Nos compatriotes attendent de leurs gouvernants qu’ils soient plus proches d’eux, plus disposés à les écouter et à prendre en compte leurs desideratas.

Ils attendent aussi plus d’engagement, plus de volonté et de responsabilité de la part de tous les acteurs sociopolitiques pour maintenir la paix et la sécurité, indispensables au développement inclusif et durable.

Dans cette perspective, le dialogue est incontournable.

Pour ma part, je continuerai à tout mettre en œuvre pour entretenir un cadre permanent d’échange afin que toutes les composantes de la Nation puissent s’exprimer librement et participer activement aux grandes décisions qui engagent l’avenir de notre pays.

Je vous remercie. 

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement 

DÉCLARATIONS DU MINISTRE DE L’ADMINISTRATION DU TERRITOIRE ET DE LA DÉCENTRALISATION, BOURÉMA CONDÉ

Conakry, le 9 Octobre 2019 – Chers concitoyens

Mesdames et Messieurs,

Le Front National de Défense de la Constitution, comme il se fait appeler, est intervenu sur les médias le 07 Octobre 2019 et dans sa déclaration, après avoir appelé le Peuple de Guinée à se mobiliser massivement et partout en vue de grandes manifestations républicaines, conseille vivement aux opérateurs économiques ainsi qu’aux sociétés établies sur le territoire guinéen de s’abstenir de toute activité à partir du 14 Octobre et demande particulièrement aux compagnies minières, aux banques, usines, stations de vente de carburant et aux autres entreprises publiques et privées de suspendre toute activité durant les manifestations en vue d’éviter tout incident dommageable, j’insiste sur le mot dommageable.

Vous comprendrez aisément, chers concitoyens, à la lecture de ce qui précède, la volonté affichée par le FNDC, à savoir tenter, je dis bien tenter de paralyser le pays.

La Constitution que le FNDC prétend défendre précise en son article 10 : les citoyens ont le droit de réunion, de manifestation et de cortège. Plus loin, l’article 22 stipule : chaque citoyen a le devoir de se conformer à la Constitution, aux Lois et aux Règlements et l’article 23 confère à l’Etat la responsabilité d’assurer la sécurité de chacun et de veiller au maintien de l’ordre public.

Le FNDC par cette déclaration outre le fait d’affranchir ses membres de la loi, constitue une menace ouverte à la paix et à la sécurité de notre Nation.

Le Gouvernement Guinéen, soucieux de la quiétude sociale et de la sécurité des citoyens et de leurs biens, met en garde tous les fauteurs de troubles sous quelque forme d’actions ou d’interventions qui tenteront d’entreprendre pour nuire.

Il invite les citoyens, tous les citoyens, les opérateurs économiques, les sociétés minières et toutes les catégories de travailleurs à vaquer tranquillement et sereinement à leurs affaires.

Les services de sécurité, fidèles à leurs missions républicaines, veillent dans la plus grande sérénité sans cependant céder la moindre fraction de seconde ou le moindre centimètre carré au règne de l’anarchie.

Nul ne peut dénier au peuple de Guinée son droit inaliénable de se prononcer sur la réorganisation des pouvoirs publics et des libertés fondamentales s’il en exprimait le besoin.

Le Gouvernement prend à témoin l’opinion nationale et la Communauté Internationale des intentions manifestement préméditées d’un groupe de citoyens qui prétend prôner l’Etat de droit, la démocratie et la paix par des déclarations incendiaires et des velléités de paralysie du pays.

Le Gouvernement tient à rappeler que récemment, un cadre institutionnel de larges consultations nationales a été instauré sous l’égide du Premier Ministre, Chef du Gouvernement pour recueillir tous les avis et suggestions de l’ensemble des acteurs sociopolitiques du pays sur les sujets de préoccupations nationales.

Le Gouvernement Guinéen, fort de ses prérogatives régaliennes, rassure le peuple de Guinée que sa sécurité et sa quiétude ne seront aucunement affectées par des agissements contraires aux pratiques républicaines.

Je vous remercie chers concitoyens de votre aimable attention.     

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – MEF : ATELIER DE VALIDATION DU NOUVEAU CODE DES MARCHÉS PUBLICS

Conakry, le 8 Octobre 2019 – L’atelier de validation du nouveau code des marchés publics aura lieu les 9, 10 et 11 octobre 2019 à l’hôtel NOOM à partir de 9h.00

A cette occasion le Ministère de l’Economie et des Finances et l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) avec l’appui des partenaires techniques et financiers – Banque Mondiale (BM) et Banque Africaine du Développement (BAD)-, ont convié plus de 400 acteurs de la commande publique à l’ouverture des travaux.

Cette réforme confie entre autres toute la responsabilité de la passation des marchés publics à l’autorité contractante dont l’ordonnateur devient comptable de l’efficacité et de l’efficience des achats publics, ainsi que du taux d’absorption des fonds alloués à l’ensemble des projets et programmes du pays.

Aussi, la reforme crée une nouvelle Direction Nationale du Contrôle des Marchés Publics et confirme l’Administration et Contrôle des Grands Projets (ACGP) dans son rôle de maître d’œuvre Public. Quant à elle l’ARMP reste toujours régulateur indépendant du système des marchés publics.

Le nouveau code issu des travaux de l’atelier sera une contribution importante à la politique de bonne gouvernance prônée par le Chef de l’Etat le Professeur Alpha CONDE, et sera mise en œuvre par le gouvernement au bénéfice des populations guinéennes.

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement

FÊTE DE L’INDÉPENDANCE : LA GUINÉE COMMÉMORE DANS LA DIGNITÉ.

Mercredi, 02 Octobre 2019 –  Le 61e anniversaire de l’accession de la  Guinée à la souveraineté, a été célébré à Conakry, et sur toute l’étendue du territoire national, ce 2 Octobre 2019. Pour débuter la  journée, le Président de la République, Pr Alpha Condé, a procédé au dépôt d’une gerbe de fleurs à la place des martyrs. Il a saisi l’occasion, pour rendre un vibrant hommage aux pionniers de l’Indépendance et à tous les devanciers depuis 1958. 

Etaient présents à cette cérémonie, les représentants des institutions nationales et internationales, le Corps diplomatique et consulaire accrédité dans le pays, les membres du gouvernement et les autorités militaires… ! 61 ans après, c’est toujours avec fierté que les Guinéens se remémorent ce choix du « NON », le 28 Septembre de chaque année, et la déclaration de l’Indépendance totale le 02 Octobre 1958.

Le Premier ministre Dr Ibrahima Kassory Fofana, a saisi l’occasion des festivités de ce 2 Octobre 2019, pour adresser un message au peuple de Guinée : ‘’C’est avec beaucoup de plaisir que nous remercions Dieu,  de nous avoir donné l’occasion de vivre l’an 61 de notre indépendance ! Nous le remercions également, de nous  avoir permis, sous la gouvernance éclairée du Pr Alpha Condé, de participer tant soit peu au développement de ce pays, pour aider à la construction de l’unité de la nation, et favoriser  au progrès social et économique’’.

Selon, le Premier ministre, le Président Alpha Condé pense au bonheur de tous les guinéens ! Par ailleurs, Dr Kassory, locataire du palais de la Colombe, précisera que les défis majeurs du moment concernent la paix et la sécurité ‘’ l’autre grand défi étant  celui du développement de la Guinée’’, a ajouté le Chef du Gouvernement Dr Ibrahima Kassory Fofana.

Dans la ferveur de ces célébrations, le Premier ministre et les membres du Gouvernement,  ont participé au concert géant offert à la jeunesse sur l’esplanade du Palais du Peuple par le Gouvernement à travers le Ministère des Sports, de la Culture et du Patrimoine Historique. C’est donc des centaines de personnes qui avaient pris part à cette ambiance festive marquant le 61ème anniversaire de l’Indépendance de la République de Guinée et les artistes conviés à ce concert de la paix et de l’unité nationale, ont émerveillé les nombreux spectateurs venus des cinq communes de la capitale.

Cette foule majoritairement jeune, a chanté et dansé au rythme des orchestres du cru,  en brandissant des multitudes de bannières et drapeaux aux couleurs « rouge-jaune-vert », qui flottaient sur tout le palais et aux alentours. Le Premier ministre, les membres du gouvernement, le Gouverneur de la ville de Conakry, ont tous assisté au découpage du gâteau de ce 61ème anniversaire,  avant que le Chef du Gouvernement rende un vibrant hommage aux pionniers de l’indépendance de la Guinée.

Il a précisé que cette  célébration,  interpelle chaque guinéen sur le devoir citoyen, afin de pérenniser la lutte pour l’unité et la prospérité,  à travers les générations futures au sein desquelles chaque composante de la population doit jouer une partition parfaite.

La Cellule de Communication du Gouvernement

COMPTE RENDU DE LA SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DU JEUDI, 03 OCTOBRE 2019

Conakry, le 3 Octobre 2019 – Sous la présidence de son Excellence Monsieur le Président de la République, le Conseil des Ministres a tenu sa session ordinaire ce jeudi, 03 octobre 2019, de 10h à 13h, avec l’ordre du Jour suivant :

I. MESSAGE DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

II. COMPTE RENDU DES SESSIONS ORDINAIRE DU CONSEIL INTERMINISTERIEL DES MARDIS 10, 17, 24 SEPTEMBRE ET 1er OCTOBRE 2019

III. QUESTIONS DIVERSES

Au titre du premier point de l’ordre du jour

Le Président de la République a invité le Ministre de la justice à poursuivre et intensifier les reformes au niveau de son département tout en veillant au respect strict des lois de la République, en vue de qualifier davantage le cadre légal dans lequel évoluent les Guinéens et les étrangers résidant en Guinée

Le Chef de l’Etat a exigé des Ministres en charge de la Jeunesse et du Budget le règlement à temps des subventions destinées au financement des activités du Fonds National d’Insertion des Jeunes (FONIJ)

Le Président de la République a instruit le Ministre en charge de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale de faire un recensement exhaustif des nombreuses avancées enregistrées dans le domaine de la protection des Droits Humains afin d’alimenter et mieux motiver le rapport national sur le 3eme Examen Périodique Universel (UPU) sur la Guinée, notre pays péchant souvent par un déficit de transmission des progrès significatifs réussis dans ce domaine, aux institutions internationales

Le chef de l’Etat a insisté sur le respect des dispositions règlementaires relatives au Contenu local, particulièrement à la notion de préférence nationale privilégiant dans certaines limites, les sociétés de nationalité guinéenne par rapport aux société de droit guinéen dans l’attribution de marchés publics

Le Président de la République a instruit les départements ministériels et les services publics concernés à diligenter la mise en place des filières de café, du cacao et de l’anacarde tout en procédant à l’homologation de prix bord champs incitatifs pour les producteurs et en règlementant les circuits de commercialisation et en organisant les chaines de valeur. Les départements en charge de l’agriculture, de l’Economie, du Budget et du Commerce sont invités à la mise en place de ces filières

Le Chef de l’Etat a instruit d’étendre la mission des Brigades mixtes chargées de l’interdiction des occupations illicites des domaines publics aux activités de contrôle liées à l’assainissement et à l’insalubrité de lemme qu’au contrôle de commercialisation de produits prohibés et médicaments et aliments périmés

Le Président de la République a demandé aux départements ministériels concernés de diligenter la formation professionnelle des jeunes destinés à l’exploitation des boulangeries en conteneurs déjà livrées afin d’en faire également des formateurs pouvant initier d’autres jeunes à cette activité

Le Chef de l’Etat a demandé au Gouvernement de prendre à temps toutes les dispositions requises afin de garantir une réussite totale à la fête tournante de l’indépendance nationale qui sera célébrée en 2020, dans la région administrative de Kindia

Le Président de la République a informé le Conseil de la visite d’amitié que doit effectuer en Guinée à partir du 04 décembre prochain, le Président de la République d’Afrique du Sud, Mr Cyril Ramaphosa. Il a indiqué que les Chefs d’Etat du de Djibouti et du Kenya sont également attendus à Conakry au courant du mois de Décembre 2019

Au titre du deuxième point de l’ordre du jour, Monsieur le Premier Ministre a fait le compte rendu des sessions ordinaires du Conseil Interministériel des 10, 17, 24 septembre et du 1er octobre 2019.

Dans ce cadre, le Conseil a entendu successivement

Le Ministre de la Fonction Publique de la Réforme de l’Etat et de la Modernisation de l’Administration a soumis pour examen le projet de Loi portant Code de Conduite de l’Agent Public.

Il a indiqué que parmi les maux qui entravent l’efficacité de l’action publique et affectent la délivrance des services de qualité aux populations, figurent le manque de professionnalisme et le déficit d’intégrité morale et d’éthique professionnelle des agents publics.

Le Ministre a souligné qu’à l’examen de ces facteurs de déficience de l’action publique, il est apparu nécessaire de mener des reformes énergiques avec l’élaboration d’un code de bonne conduite en vue d’améliorer la gouvernance et lutter efficacement contre la corruption.

Il a indiqué que le présent code comprend 50 articles, chacun d’eux traitant de manière précise un élément particulier de la mise en forme de l’éthique publique.

Au terme de la Présentation, le Conseil a soutenu l’esprit de réforme qui guide le Ministre et approuvé le projet de code de bonne conduite de l’Agent Public

Le Ministre des Transports a soumis à l’attention du Conseil trois séries de documents pour approbation portant respectivement sur : la Lettre de Politique Sectorielle des Transport (LPST), le Plan de Déplacement Urbain de Conakry (PDU) et le Plan national de Sécurité Routière (PNSR).

S’agissant du Plan de Déplacement Urbain de l’agglomération de Conakry, il a indiqué que ce document a été soumis, après études, au Comité Interministériel pour l’Aménagement du territoire (CIAT), le 26 Juin 2019, sous la présidence du Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

Quant à la sécurité routière, il a rappelé que ce sont les Etats Généraux qui ont clairement ouvert la voie pour la mise en œuvre des cinq piliers du Plan National de Sécurité Routière.

Le Ministre a rappelé que dès la constitution du Gouvernement, le Premier Ministre a fixé à son département la responsabilité de trouver des solutions à la circulation routière dans la capitale. Ainsi, avec l’appui de l’équipe d’assistance technique du Projet d’appui au secteur des transports, financé par l’Union Européenne, son département a lancé l’étude d’un Plan de Déplacement Urbain (PDU) pour la mobilité dans la capitale.

L’étude a abouti à des recommandations dont entre autres :

La reconstruction d’un réseau de transport en commun multimodal desservant toute l’agglomération de Conakry ;
L’articulation des transports en commun avec un développement urbain résolument polycentrique, validé par l’étude du ‘‘Grand Conakry, vision 2040’’ ;
L’amélioration de l’efficacité économique des transports collectifs des communes de l’agglomération incluant CoyaH et Dubréka, en maitrisant les couts d’exploitation pour limiter les subventions d’Etat, par la création d’une Autorité Organisatrice du Transport Urbain de Conakry.

En ce qui concerne la sécurité routière sur le territoire, l’analyse a porté sur les cinq piliers reconnus par les Nations-Unies sur la base desquels son département a lancé un certain nombre de réformes comme le projet de code de la route, le décret de création de l’AGUISER.

A côté de ses réformes proposées, le Ministre a avancé des constats sur l’état de nos routes sur le manque des moyens alloués à la sécurité routière et à l’assurance des victimes des accidents de routes.

Afin de faire face à ces problématiques, le Ministre a soumis pour adoption, les résolutions issues de l’atelier de présentation du Plan de Déplacement Urbain de Conakry et les Etats Généraux de la sécurité Routière.

Au terme des débats, le Conseil a salué le travail remarquable fait par le Ministère des Transports et adopté les projets de Décret proposés. Le Conseil a également recommandé au Ministre de travailler à une base institutionnelle minimale afin de tenir la date de novembre prochain pour la tenue de la table ronde avec les bailleurs de fonds pour le financement des projets identifiés

Le Conseil reste par ailleurs attentif aux résultats de la rencontre entre le Ministère des Mines et le Ministère des Transports autour de la Loi ferroviaire

Le Gouverneur de la Banque Centrale a soumis pour examen le projet de Loi relative aux Bureaux d’Information sur le Crédit en République de Guinée.

Le Gouverneur a rappelé qu’en dépit des reformes monétaires et financières engagées ces dernières années, le système financier guinéen, à l’instar de celui de la plupart des pays en développement, ne joue pas encore pleinement son rôle dans le financement de l’économie.

Il a indiqué que les études menées ont montré qu’une des principales contraintes au développement du crédit bancaire en Guinée réside dans les difficultés que les institutions financières éprouvent à disposer d’information fiables cohérentes sur les demandeurs de crédit.

Il a souligné que ce bureau d’information sur le Crédit permettra de faciliter la prise de décision au niveau du financement, de réduire le taux des créances douteuses et litigieuses et de rendre encore plus accessible le crédit au profit des PME/PMI et des particuliers. Ce bureau permettra également d’améliorer le rang de la République de Guinée au niveau du classement « Doing Business » de la Banque Mondiale.

Au terme des débats, le Conseil a approuvé le projet de Loi à soumettre à la plus prochaine session du Parlement

Le Ministre chargé des Investissements et des Partenariats Publics Privés a fait une communication relative au Programme Millenium Challenge Corporation (MCC) : avantages, enjeux et défis.

Le Ministre a souligné que l’atteinte de l’émergence à l’horizon 2040, passe nécessairement par la construction d’infrastructures solides et modernes. Le programme Millenium Challenge Corporation est l’une des solutions pour répondre à cette épineuse préoccupation du Gouvernement.

Pour cela, il faudrait être éligible au programme. Ainsi pour chaque pays candidat, l’éligibilité au programme du MCC est basée sur l’évaluation de vingt (20) indicateurs de performance de bonne gouvernance, de capital humain, de libertés politiques et économiques traités et notés par des institutions indépendantes.

Il a rappelé que le programme MCC offre aux pays sélectionnés deux types d’aide financière selon leur performance :

Le programme Seuil (Threshold)
Le programme Compact. Le montant moyen de cette subvention est de 350 millions de dollars US.

Il a précisé que pour être éligible au programme Compact du MCC, il faudrait un travail constant et un engagement sur plusieurs années. Pour y arriver, le Ministre a ajouté qu’il faudrait une forte volonté politique. Aussi les actions suivantes sont à mener :

Procéder à la vulgarisation dans la plupart des ministères des reformes ont été menées mais elles sont très peu vulgarisées,
Mener des réformes sur certains indicateurs,
Présenter un bilan sur la lutte contre la corruption et l’organisation d’élections législatives.

Le Ministre a rappelé que pour pouvoir évoluer dans le programme MCC, la stratégie du MIPPP a été de créer une unité de coordination avec pour unique objectif l’atteinte du programme seuil d’ici 24 mois. L’Unité de coordination a identifié huit (8) indicateurs sur lesquels elle travaille actuellement en étroite collaboration avec les ministères concernés en vue d’atteindre les objectifs du programme MCC

Au terme des débats, le Conseil a retenu la nécessité de coordonner les efforts des équipes travaillant dans l’amélioration de la perception pays. Qu’il s’agisse du CPI, du Doing Business ou du MCC.

Le Ministre des Mines et de la Géologie a fait une communication relative à la Mise en œuvre de l’Accord Intergouvernemental de Facilitation du Transport des Ressources Naturelles d’origine guinéenne via les infrastructures situées en territoire libérien, signé le 25 octobre 2013, entre la République de Guinée et la République du Libéria.

Il a rappelé que le dernier accord intergouvernemental conclu entre la Guinée et le Libéria pour l’évacuation de produits miniers guinéens par le territoire libérien est le Protocole de Facilitation du Transport des Ressources Naturelles d’origine guinéenne qui date de 2013.

Depuis son département a ouvert des consultations avec les autorités libériennes qui ont abouti au recrutement d’un consultant qui a rédigé l’accord d’Implémentation, visant à définir le mode opératoire détaillé du Protocole intergouvernemental du 25 octobre 2013. La partie libérienne a validé ces principes à la veille de la visite de travail et d’amitié que S.E.M. le Président de la République du Libéria a effectuée en Guinée en juillet 2019.

Ce projet d’Accord d’Implémentation est organisé en 5 chapitres et se fixe comme objectif général de promouvoir une utilisation partagée des infrastructures de transport au Libéria, et des objectifs spécifiques.

Le Ministre a indiqué que ce projet d’Accord d’Implémentation est à la fois suffisamment précis pour encadrer et faciliter la rapide concrétisation du passage de produits miniers guinéens par le territoire libérien, et suffisamment ouvert, afin d’élargir si nécessaire le champ de la coopération entre les deux pays au-delà des infrastructures existantes.

Au terme des débats, le Conseil a reconnu l’intérêt pour la partie guinéenne de privilégier la stabilité juridique dans les délais d’évaluation du contrat. Le Conseil a en outre approuvé le texte

Le Ministre de la Citoyenneté et de l’Unité Nationale a fait une communication relative à la Présentation du Rapport National sur le troisième Examen Périodique Universel (EPU) de la République de Guinée.

Le Ministre a rappelé que depuis son avènement, en 2010, à la magistrature suprême de la République de Guinée du Professeur Alpha Condé notre pays a retrouvé, progressivement et remarquablement, sa place d’antan comme Etat fréquentable capable de tenir ses engagements internationaux.

Il a souligné que c’est cette volonté ferme qui a abouti aux résultats dont entre autres :

La participation de la Guinée à toutes les rencontres internationales sur les droits de l’homme ;
La mise à jour de la Guinée en matière de dépôt des différents rapports devant les organes de traités des Nations Unies et de la Sous-région ;
Le passage de la Guinée pour les différents Examens Périodiques Universels (EPU) devant le Conseil des Droits de l’homme à Genève : EPU 2010, 2015 et 2020 ;
Le passage, en 2013 et 2018, de la Guinée devant le comité contre la torture des Nations Unies et ce après plus de 30 ans d’absence.

Le Ministre a expliqué que l’Examen Périodique Universel (EPU) est un mécanisme unique du Conseil des droits de l’homme ayant pour but d’améliorer la situation des droits de l’homme dans chacun des États membres des Nations Unies. Il consiste à examiner, dans les sessions de janvier/février, avril/mai et octobre/novembre, tous les cinq ans les réalisations des Etats.

Le résultat de chaque examen est un “document final” listant les recommandations faites à l’État examiné qu’il devra mettre en œuvre avant l’examen suivant.

Le Ministre a souligné que dans la perspective de ce troisième examen prévu en janvier 2020, son département a élaboré un rapport au nom de la Guinée comportant les avancées en matière de promotion et protection des droits de l’homme dans notre pays. Il ressort aussi les défis auxquels notre pays fait face dans sa perpétuelle volonté de mettre cette problématique au cœur de ses préoccupations.

Il a signifié au Conseil que l’adoption de ce rapport permettra sa soumission, en octobre 2019, au Conseil des droits de l’homme à Genève pour son examen en janvier 2020.

Au terme des débats, Sous réserve de la prise de ses observations, le Conseil a approuvé le texte

III. AU TITRE DES QUESTIONS DIVERSES

Le Ministre du Budget a informé le Conseil de l’arrivée de la délégation du Fonds Monétaire International en République de Guinée. Il a invité le Ministère des Travaux et des Investissements à s’impliquer fortement dans les négociations.

Le Ministre des Transports a informé le Conseil des dispositions qu’il a pris suite au communiqué de la compagnie Royal Air Maroc faisant planer de fortes présomptions sur l’identité et l’origine du jeune homme mort retrouvé dans le train d’atterrissage d’un avion en provenance de Conakry.

Le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a attiré l’attention du conseil sur la nécessité d’appliquer les mesures de contenu local aux projets de construction des infrastructures afin de favoriser la relocalisation des ressources.

Avant de lever la séance le Président de la République a donné au Conseil de larges informations sur la situation nationale et internationale

Le Conseil des Ministres 

Transmis par la Cellule de Communication du Gouvernement